On nous a volé des mots, et par la même on nous a dérobé une partie de notre capacité à penser le système, et donc à nous opposer à ses abus. Voilà en une seule phrase un condensé du contenu de cet extraordinaire spectacle de Franck Lepage.

Franck Lepage, dont je ne connaissais pas encore l’existence, il y a 24h, se laisse définir comme un prophète-salarié ou comme un clown/danseuse-consultant. C’est en tout cas un drôle d’iconoclaste qu’on ne se lasse pas d’écouter. Franck Lepage a reçu le don de la parole, et si son spectacle, sa « conférence gesticulée » est d’une longueur peu commune (2h30), sa démonstration brillante des dérives du capitalisme moderne n’est à rater sous aucun prétexte, si vous voulez savoir dans quel monde vous vivez.

En effet, Franck Lepage fut haut-fonctionnaire, et animateur de colloques du ministère de la culture français, du temps de la gauche. Il met aujourd’hui son talent d’orateur au service d’un spectacle au ton particulier, et d’une rare subversion. Vous ne rirez sans doute pas aux éclats en permanence, car le propos est sérieux, mais vous allez en prendre plein les oreilles, car son langage est précis, pertinent, parfois même acerbe, et ce du début à la fin du spectacle, souvent drôle, ce qui lui permet d’éviter de tomber dans la gravité ou la lourdeur. Et surtout vous allez vous instruire de belle-manière.

En effet, dans ce spectacle, qu’il serait impossible de résumer, tant il est dense, non seulement vous apprendrez la petite histoire du ministère de la culture, mais aussi celle du ministère de la jeunesse et des sports, et par-là même, celui de l’éducation populaire, dont les méthodes participatives et égalitaires ont toujours été méprisées et rejetées par les pouvoirs en place. Vous ferez aussi un petit détour par la révolution industrielle anglaise, et la révolution politique française, et vous réaliserez la dérive qui a eu lieu, dès le début de celles-ci, vers le capitalisme forcené, via l’exploitation des plus faibles et la manipulation du langage.

Au risque de me répéter, un spectacle exceptionnel, qui détone par rapport à ce que nous pouvons connaître, qui est certes long, mais pour ma part au bout de 2h30, j’en aurais redemandé, tant le discours est dense, juste, et rarement entendu dans les médias…

Je regrette d’ailleurs de ne pouvoir en dire plus, j’aurais par exemple aimé mettre en lumière certains passages pour en souligner le propos, mais je crains de trop réduire le propos de Franck Lepage. J’y reviendrai peut-être lors de futurs articles, car j’ai vraiment trouvé ce spectacle incontournable sur le sujet de la critique du capitalisme et de la « vérité officielle ».

Tout ce que je peux vous dire en attendant, c’est : prenez 2h30, et au lieu de regarder une des inepties de TF1 ou France Télévision, regardez ce spectacle !

Pour ma part, j'ai déjà très envie de le revoir...

Inculture(s), le nouvel esprit du capitalisme, conférence gesticulée de Franck Lepage.

"Le pavé", coopérative d'éducation populaire.