J'inaugure ici quelque chose de nouveau pour ce blog. Ces derniers mois, je n'ai eu de cesse de relayer des informations concernant la dérive sécuritaire et totalitaire qu'on observe en France et dans le monde, en relation avec la pesanteur de la nouvelle guerre froide. Cela m'a semblé nécessaire, mais cela a largement monopolisé le blog, qui est supposé aborder des thématiques plus variées. Aussi, comme l'actualité n'a guère changé, avec la Syrie et l'Ukraine notamment, et que je ne veux pas pour autant cesser de traiter ce sujet, mais que j'ai l'impression de me répéter au travers des derniers articles postés depuis un an ou plus, je vais désormais traiter cet aspect par une revue de "presse" internet, pour me libérer du temps pour d'autres thèmes que je souhaite toujours traiter sur ce blog.

 

Passons donc aux faits, avec une sélection de liens répertoriés ces dernières semaines.

 

Tout d'abord, on a beaucoup entendu parler ces dernières semaines d'une éventuelle révélation sur le 11 septembre, émanant de 28 pages "censurées" (classées secret-defense) d'un rapport du congrès sur les événements. Le fait saillant concerne l'implication de l'Arabie saoudite dans les attentats.

 

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/11-septembre-28-pages-180164

 

Les crises.fr ont réalisé une longue vidéo en plusieurs morceaux, sur le sujet, dont voici le premier, avec les liens vers le reste :

 

http://www.les-crises.fr/recommande-lhistoire-des-28-pages-et-leur-contenu/

 

Quelques autres réflexions, sur le même sujet et sur le même site :

 

http://www.les-crises.fr/2003-la-maison-blanche-a-approuve-le-depart-de-saoudiens-apres-le-11-septembre-par-eric-lichtblau/

 

http://www.les-crises.fr/comment-les-etats-unis-ont-couvert-le-role-des-saoudiens-dans-le-11-septembre-par-paul-sperry/

 

http://www.les-crises.fr/peut-on-parler-du-11-septembre-durant-linquisition/

 

 

Je commenterai simplement en me demandant s'il s'agit d'un coup de bluff, d'une manière de mettre la pression aux saoudiens qui « font chier » en faisant baisser les prix du pétrole sur toute la planète, ou encore en pointant le rapport entre le terrorisme djihadiste et les financements saoudiens qui embarrassent de plus en plus de monde.

 

Toujours sur les crises.fr, un article sur la complicité silencieuse entre l'occident et l'idéologie néo-nazie :

 

http://www.les-crises.fr/quy-a-t-il-derriere-le-mur-de-silence-occidental-sur-la-glorification-de-la-collaboration-nazie-en-leurope-de-lest-par-dovid-katz/

 

Je note ici que ce silence s'inscrit dans une stratégie évidente de propagation de la russophobie parmi les populations occidentales, tant il est important pour nos élites de manipuler l'opinion dans le sens de leurs intérêts, intérêts qui sont d'abattre le mur de résistance que la Russie offre à l'expansion sans limite du néo-colonialisme néo-libéral. Quelques articles sur cette stratégie :

 

https://fr.sott.net/article/28222-L-Eurovision-et-la-victoire-de-la-russophobie

 

https://francais.rt.com/international/20307-ottawa-moscou-aide-eteindre-feux-alberta

 

J'aurais pu en sélectionner bien d'autres, mais il faut noter également que cette stratégie ne se limite pas aux russes, puisqu'elle s'étend à tous les états, gouvernements et peuples qui ne marchent pas dans la ligne pro-occidentale et néo-libérale, a fortiori s'ils s'y opposent. On pourra notamment mentionner ce qui se passe actuellement en Amérique latine, avec la pression mise sur le Brésil et Dilma Roussef, mais aussi l'Argentine ou le Venezuela.

 

http://metamag.fr/2016/04/26/en-amerique-latine-leurs-coups-detat-ressemblent-aux-notres-desormais/

 

https://fr.sott.net/article/28120-Eva-Golinger-sur-l-assassinat-d-Hugo-Chavez-par-Washington

 

https://fr.sott.net/article/28232-Scenes-d-apocalypse-au-Venezuela-pillage-pour-une-population-qui-a-la-faim-au-ventre#comment10732

 

Où les ennemis (ou non-collaborateurs) du néo-colonialisme financier sont invariablement présentés comme des utopistes voire des dictateurs, quand bien même on n'entend jamais critiquer par chez nous, dans nos grands médias unanimement possédés par les industriels, les dérives de l'ultra-libéralisme.

 

Le fait est que cette orientation est tout sauf neutre, et qu'elle est orchestrée par des think tanks libéraux qui font tout pour regrouper le pouvoir politique et médiatique entre les mêmes mains, afin de préparer l'opinion, c'est à dire de fabriquer le consentement à la politique prédatrice et agressive occidentale, sous couvert de bonnes intentions humanitaires. Mais ils ne s'arrêtent pas là, puisque certains de ces groupes n'hésitent pas à fomenter des événements à l'échelle planétaire, afin de profiter de la stratégie du choc :

 

https://fr.sott.net/article/28142-Une-cabale-de-think-tanks-lies-a-l-OTAN-orchestre-la-crise-des-refugies

 

Certains hurleront ici au conspirationnisme, mais bon, les chiens aboient et la caravane passe. Par ailleurs, un regard attentif permet de discerner des infos du même acabit, filtrant dans nos médias dits « officiels » (car possédés par l'élite des décideurs).

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160217.OBS4823/la-nsa-aurait-elle-tue-des-centaines-d-innocents-par-erreur.html

 

Ainsi donc, nous sommes ingérés dans divers conflits qui ne nous regardent pas en réalité, où nous commettons des erreurs se chiffrant en dizaines de milliers de morts, quand ce ne sont pas des millions (chiffre avancé parfois pour le nombre de victimes de la guerre en Irak).

 

Cette guerre à la fois militaire, économique, médiatique et même virtuelle (cyber-guerre) est désormais nommée guerre « hybride », et l'on peut dors et déjà lire certaines théories à son sujet :

 

https://fr.sott.net/article/28179-Neuf-theses-sur-la-guerre-hybride-moderne-dans-laquelle-nous-sommes-engages

 

Mais pour certains, cette guerre hybride est bien concrète, et elle menace de devenir hors de contrôle du jour au lendemain, comme certains l'annoncent :

 

http://www.les-crises.fr/12-une-nouvelle-guerre-mondiale-a-commence-brisons-le-silence-par-john-pilger/

 

On sera plus mesuré sur dedefensa, avec toujours la prudence et l'observation passionnante et nuancée de la situation qui oscille entre diverses incertitudes dangereuses :

 

http://www.dedefensa.org/article/lenergie-accumulee-des-psychologies-furieuses

 

Enfin, certains humoristes essayent d'aborder le sujet de la propagande médiatique avec leur angle propre :

 

http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/un-journaliste-en-colere-dit-la-52986

 

 

Revenons à la dérive totalitaire et sécuritaire à présent, où l'actualité n'a pas manqué, notamment autour de la loi travail qui, comme chacun sait, a été avalisée par l'assemblée, avec un passage en force du gouvernement, qui est désormais devenu la mauvaise habitude de notre cher führer Valls :

 

http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/loi-travail-manuel-valls-degaine-son-quatrieme-49-3-en-ia0b0n3497735

 

Une utilisation sans précédent de cette loi, dont on peut dire sans hésiter qu'on est dans l'abus à tendance dictatorial, s'expliquant par le fait que cette directive d'assouplissement des lois sur le travail proviennent en fait des besoins d'harmonisations européens, qui eux-mêmes tendent à s'aligner sur une norme mondiale, c'est à dire occidentale, c'est à dire américaine, on en a pris l'habitude, et on la prendra encore plus avec les actuelles négociations en cours sur le tafta, qui se déroulent totalement dans le dos des peuples, c'est à dire des principaux concernés.

 

https://www.collectifstoptafta.org/agir/declarez-vous-hors-tafta/

 

http://plunkett.hautetfort.com/archive/2016/04/28/tafta-ttip-%C2%A0-on-ne-peut-pas-negocier-dans-le-dos-des-citoyen-5794551.html

 

Réjouissons-nous, lorsque ces accords seront passés, nous pourrons, nous aussi bénéficier des avantages – et des inconvénients – du rêve américain, comme par exemple de travailler avec des couches, par faute d'avoir le temps d'aller pisser :

 

https://fr.sott.net/article/28201-Esclavage-moderne-des-employes-americains-du-secteur-volailler-portent-des-couches-faute-de-pauses-toilettes

 

Pendant ce temps, on détourne notre attention avec le terrorisme, ce qui permet de priver certains citoyens de certaines de leurs libertés fondamentales, et prétendre ensuite que nous menons une guerre contre de vils dictatures à travers le monde. Le but, exporter notre état d'urgence démocratique ? Puisqu'il est désormais question, par le biais de certaines lois, de généraliser et banaliser l'état d'urgence, non comme un état d'exception, mais comme la situation normale.

 

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/05/05/etat-d-urgence-le-quotidien-des-derniers-assignes-a-residence_4914029_1653578.html#yiT1XC3vQ7darexG.99

 

http://www.les-crises.fr/procedure-dexception-sans-etat-durgence-par-jean-claude-paye/

 

 

Toujours dans cette optique, on sait que le puçage est la technologie d'avenir dans le domaine du contrôle du bétail humain, et l'idée nouvelle consiste à faire tolérer l'intolérable en mettant, comme c'est la tradition, l'enfant en avant :

 

https://fr.sott.net/article/28113-Pucage-RFID-propagande-et-ciblage-des-enfants

 

Et oui, comment n'y avions nous pas pensé ? Les puces pour empêcher la perte ou le kidnapping des enfants, et ensuite... et bien, adultes, ils auront leurs puces. On pourra facilement justifier, cela va de soi, le puçage des pédophiles, des criminels, puis par capillarité, des délinquants, des immigrés, des étrangers, des sans-emploi (contrôle du travail au noir), puis on pourra pucer non plus seulement son chien, mais son mari infidèle, un employé faisant des livraisons ou des trajets, pour effectuer un contrôle qualité de ses itinéraires, puis par extension ses pauses cigarettes, et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'on n'ait plus d'excuses pour ne pas pucer les derniers récalcitrants qui, de toute façon, sont censés ne rien avoir à se reprocher (ils ne se garent jamais 5 minutes sans payer le parcmètre, n'arrivent jamais en retard au boulot, bref, tout le monde est irréprochable et peut donc être contrôlé dans les moindres détails, c'est ce que vous dira toute personne victime du syndrôme du larbin).

 

On commence de plus en plus à s'apercevoir que l'on peut même coupler le puçage avec la dématérialisation de l'argent :

 

http://www.les-crises.fr/comment-une-societe-sans-argent-liquide-pourrait-enhardir-big-brother-par-sarah-jeong/

 

Et par le big data :

 

http://www.pauljorion.com/blog/2016/04/30/les-geants-de-la-technologie-sactivent-a-privatiser-nos-donnees-par-evgeny-morozov/

 

Toutes ces technologies sont évidemment sujettes à des dérives potentielles extrêmement graves et dommageables, comme toute personne douée d'humanité peut s'en douter avec un minimum de jugeote, or il y a fort à craindre, dans un monde où les derniers tabous sont en train de tomber (le code du travail, le concept même de vie privée, la dimension sacrée de la liberté dans nos sociétés qui osent encore se réclamer des lumières, et j'en passe), qu'on finisse par les mettre en œuvre pour de bon, comme c'est déjà le cas dans certaines entreprises, qui contrôlent les déplacements de leurs salariés, y compris au sein de l'établissement et lors de leurs trajets, comme j'en avais parlé dans de précédents articles. Il est donc nécessaire d'être vigilants sur chacune de ces choses, même sans cultiver une paranoïa hors de mesure, car on se demande vraiment, à force d'observer ces choses et la propagande qui les entoure, vers quel monde on s'oriente, pour demain, et pas pour après-demain.

 

 

Quelques derniers liens et derniers mots pour finir cette première revue internet sur la dérive totalitaire, pour mentionner la nécessité de s'interroger profondément sur les médias et y porter un regard critique lucide. C'est notamment la vocation d'Acrimed :

 

http://www.acrimed.org/Pour-une-education-critique-aux-medias

 

 

D'une manière plus générale, Michel Collon nous rappelle que la propagande est inhérente à nos sociétés, et qu'il faut toujours chercher à qui profite le message :

 

http://www.les-crises.fr/propagande-de-guerre-et-medias-mensonge-par-michel-collon/

 

J'en profite pour mentionner le site sur lequel vous pouvez le retrouver :

 

http://www.investigaction.net/

 

Rappelons que c'est le travail de gens comme Noam Chomsky ou de Guy Debord qui ont aidé à théoriser les pratiques de la société du spectacle pratiquant à la fois le divertissement et la fabrication de l'opinion, pour parvenir à des consensus factices, où l'ignorance de la population est sans cesse cultivée, au profit des intérêt de l'élite qui les manipule. Rappelons aussi, encore une fois, que ce principe fut énoncé par Edward Bernays, le père et grand théoricien de la propagande moderne, qui fut une des principales éminences grises de son époque. Quelques citations qui éclairent sa pensée, et la page wikipédia :

 

https://fr.wikiquote.org/wiki/Edward_Bernays

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Bernays

 

Enfin, un tout dernier lien, sur le rôle du sensationnel dans l'information politique, que je m'apprête à découvrir en détails et qui me semble digne de figurer dans cette première revue :

 

http://www.les-crises.fr/francois-bernard-huyghe-on-assiste-a-une-hollywoodisation-de-linformation/