Je pense avoir montré en quoi l'ufologie conventionnelle, c'est à dire celle qui regroupe le plus grand nombre d'adhérents, se fourvoie. Elle se fourvoie dans l'adoption d'une thèse sans pouvoir la vérifier, ni la réfuter. Elle se fourvoie doublement en rejetant assez compulsivement toutes les autres (même si je n'ai jamais dit qu'on ne pouvait absolument pas parler d'autre chose dans cette communauté, mais il y a un problème de juste milieu : soit on laisse libre cours à n'importe quoi, soit on fait obstruction à ce qui n'est pas HET).

 

Elle procède ainsi parce qu'elle a les mêmes tares humaines que tous les autres groupes dont j'ai déjà parlé sur ce blog, en vrac et au hasard : les religions, la science, le milieu politique, l'industrie, blablabla et j'en passe.

 

Dès qu'un groupe humain s'est formé, il entreprend de se consolider autour d'idées communes, comme une tribu autour de ses mythes et de ses tabous... Voilà au moins une chose qui n'a pas changé depuis le néolithique.

 

Il est par contre dommage que des milieux qui se tournent vers l'étude prétendument objective et scientifiquement inspirée de certains phénomènes tombent constamment et systématiquement dans des pièges aussi grossier sans même se donner une chance de les repérer.

 

Ainsi, au fil des décennies, l'ufologie moderne s'est centrée sur une seule théorie dominante, laissant le champ libre aux imbéciles et aux ignares pour défendre les autres, pour ensuite s'étonner de ces dérives...

 

Ainsi, le milieu ufologique tel que je le connais a-t-il su reconstituer les mêmes structures fonctionnelles et dysfonctionnelles de tous les autres groupes humains. Il critique le zététisme, mais le pratique quand ça l'arrange. Il critique l'esprit religieux mais en pratique tous les détours sans s'en rendre compte (à un degré atténué, certes). Ce qui n'empêche pas d'autres guerres tribales d'avoir lieu, entre les différents groupes ufologiques. On déteste les « repas ufologiques », qui eux détestent le new age, qui lui déteste le scientisme, mais le pratique. Impression de déjà-vu.

 

Et pendant ce temps, le totem est défendu : l'hypothèse extra-terrestre. Et c'est bien ça l'essentiel.

 

 

Pourtant, il y a matière à bien plus et bien mieux que ces querelles de clochers. L'attitude véritablement ouverte et rationnelle est aux abonnés absents et en dehors de quelques personnes et quelques cas, freine ou empêche les avancées, l'étude d'hypothèses divergentes sans que ne doivent se créer de nouveaux clans, pour que chacun réfléchisse à son idée dans son coin.

 

À mon avis, et ils peuvent réciter le mantra de la reconnaissance et de la divulgation tant qu'ils peuvent, l'émergence de l'ufologie n'est pas prête d'arriver. Seul UFO-science fait du boulot de terrain sérieux (qui ne débouche sur pratiquement rien, comme il se doit, puisqu'ils sont à fond sur l'HET... mais j'ironise), à part sans doute quelques groupuscules que je ne connais pas, quelques revues et trucs du genre, je l'admets. Citons notamment Lumières dans la nuit et désolé pour ceux que je ne cite pas et qui peuvent se reconnaître dans un travail engagé, ouvert et sincère, car je sais bien qu'il y en a.

 

En somme, pour la majorité, et malgré la volonté sincère de « trouver », ce que je reproche principalement à l'ufologie est de n'être essentiellement qu'une activité de salon. Un passe-temps, un domaine mondain comme un autre.

 

Si elle était davantage que cela, on pourrait cesser les guéguerres de cours d'écoles, et passer à un stade d'investigation plus poussé, qui n'a lieu que dans des officines bien en dehors de l'ufologie (par exemple l'INREES), et on comprend mieux pourquoi quand on a fréquenté ce milieu. Pour réellement chercher, il faut toujours se situer un peu à l'écart, hors du périmètre de cette comédie humaine navrante.

 

A cause notamment de son refus de se « professionnaliser » (malgré les incantations sur le « sérieux ») et de rentrer soit franchement dans le champ de la science, soit en dehors de ce cadre strict et sclérosant, mais rigoureux et gage de sérieux, l'ufologie stagne. A force de vouloir montrer patte blanche au reste du monde, elle ne s'engage franchement dans aucune voie sinon celle extrêmement délétère du politiquement correct (on croit facilement et à tort que c'est productif et que c'est ce qu'il faut faire pour attirer l'attention des instances officielles et des médias, alors que c'est le meilleur moyen de stagner dans la frilosité, à l'instar de certaines organisations officielles dont il ne ressort jamais rien... et les ufologues s'en étonnent tout en essayant de s'inspirer de ce mode de fonctionnement), et ne produit rien. Et lorsqu'un chercheur ou groupe de chercheurs produit quelque chose, on lui reproche de ne pas avoir produit un travail canonique... Vous vous rappelez de ce que j'ai dit sur le dogmatisme ? Voilà.

 

Bref l'ufologie est déjà au départ en posture instable entre le piège du new age et le piège du scientisme, incapable de comprendre le phénomène, et préférant se boucher les deux oreilles.

 

D'autres défauts humains font aussi leurs ravages : la tendance à se placer dans un train-train, face à un phénomène qui nous surprend tout le temps, le manque d'imagination, d'ambition, de courage, de moyens, parfois de probité et de rigueur, mais je l'ai déjà dit, etc.

 

On ne peut pas me reprocher de n'avoir rien proposé, au moins en terme d'idées. J'ai montré en quoi l'ufologie se prêtait, si on le voulait, à la jonction avec d'autres domaines d'étude non-conventionnelle. En quoi il y a un champ presque inépuisable d'étude, pas seulement en matière de technique, mais aussi en terme de psychisme, de conscience, de compréhension de ce qu'on pourrait appeler un cosmo-écosystème qui abriterait des formes de vie bien plus diverses que ce que les récits ufologiques pris au pied de la lettre tendent à produire.

 

Mais il vaut mieux oublier cette idée, car dès que vous sous-entendez des idées qui peuvent se rapprocher de près ou de loin des domaines psychiques, spirituels, paranormaux, il y a quelqu'un qui commence déjà à préparer votre bûcher. Alors je continue à m'intéresser, mais comme toujours, la panthère observe de loin, montre sa silhouette pour signifier qu'elle a autre chose à exprimer puis repart. J'ai dit ce que j'avais à dire, ça ne plaira sûrement pas à tout le monde, mais j'avais besoin de développer le sujet.

 

J'ai l'intention de revenir une prochaine fois sur ce sujet, et peut-être de développer de manière plus courte différents sujets annexes ou même sans rapport direct au cours des prochains mois alors, à bientôt. Et avant de partir, un dernier lien très bien fait, sur les méprises courantes, en matière d'observations d'OVNI :

 

http://meprises-du-ciel.fr/