C'est rarement le cas, mais un article sur canalblog a attiré mon attention.

 

http://eveilphilosophie.canalblog.com/archives/2017/05/15/35289948.html

 

Dans mon tableau de bord, il est toujours inscrit dans le top 3 des articles les plus lus sur canalblog. Il se trouve justement que, avec l'épisode des poignées de main entre Macron et Trump, j'avais l'intention de pointer le projecteur sur cet aspect du personnage de Macron. Mon propos sera essentiellement de tenter de démontrer en quoi les gens qui pensent que Macron est supérieurement intelligent se gourent gravement. En fait, il ne fait qu'utiliser constamment des astuces que la plupart des « coachs » connaissent. Ceux qui ont étudié la PNL et d'autres techniques de développement personnel ou de manipulation de la psyché, de l'attention, etc. Il se trouve que, sans être un expert, j'ai mon lot de connaissances dans le domaine du développement personnel et de la démarche intégrale qui est exposée succinctement dans cet article très partisan (celui qui propose ce texte s'avoue d'ailleurs lui-même peu convaincu).

 

Première remarque : je ne cite pas souvent ces approches, mais cela a pu être le cas dans plusieurs de mes articles. Pour ceux que cela intéresse, et bien qu'il n'existe à ma connaissance que très peu de livres en français sur ce sujet, on trouve en revanche des sites à foison, sur ce thème, désormais. Quelques exemples :

 

http://journal-integral.blogspot.fr/

 

http://developpementintegral.com/

 

« Ce site est destiné à offrir des informations sur le développement individuel, relationnel, sexuel, spirituel et social, à partir d’une vision intégrale, dans le courant de l’approche intégrale de Ken Wilber et de la Spirale Dynamique issue des travaux de Clare Graves. »



À ce stade il faut préciser que Ken Wilber trahit quelque peu l'approche de Clare Graves, qui elle était scientifique, mais heureusement sans trop la dénaturer. Toutefois, le code couleur employé par Wilber est assez en contradiction avec celui de Clare Graves, qui lui avait un mérite de cohérence, tout ça pour que Wilber vienne plaquer l'arc-en-ciel sur la spirale dynamique, choix tout à fait discutable qui pourrait être rendu caduc par des découvertes qui resteraient à faire. À propos de la spirale dynamique :



https://www.spiraledynamique.com/Theorie/index.php



Bon, le décor est planté, en parcourant ce dernier lien ainsi que l'article cité en premier lieu, vous savez de quoi il va être question ici. Nous allons donc passer à l'étude de cas concrets. D'abord, la manipulation par le langage verbal :



http://www.prechi-precha.fr/es-petites-techniques-de-psychologie-cognitives-demmanuel-macron/



Tout est dit. Tout est dit en même temps, ou successivement. Tout et son contraire, et qu'ajouter à l'analyse faite dans l'émission ?



Ce que certains interprètent comme une sorte de génie et de maîtrise de l'approche intégrale ne relève en fait que du tour de passe de bas étage, de la communication et de l’esbroufe. On apprend ça dans les séminaires de management, et ça ne relève certainement pas d'une quelconque supériorité intellectuelle ou encore spirituelle, comme certains voudraient le croire. Dans les commentaires de l'article, beaucoup se laissent impressionner ou enfumer, que ce soit par le côté prétendument messianique de Macron, ou encore par la nomination de Hulot au ministère de l'écologie. Tandis que Macron nous rejoue le coup de Sarkozy avec Kouchner, pour appliquer une politique thatchérienne qui aura bientôt 40 ans d'âge... comme lui.



Je connaissais un blog et un forum qui analysaient les personnalités politiques en regard de l'approche intégrale. Hélas, ces deux sites ont fermé. Ils expliquaient très bien en quoi les personnalités de type « Macron » sont des pros de l'illusion, en premier lieu envers eux-mêmes, qui peuvent se faire croire qu'ils ont atteint un niveau de conscience bien supérieur à celui dont ils disposent en réalité. Puisque ces sites ont fermé, et même si je ne suis pas un expert de l'approche intégrale, je vais tenter de refaire la démonstration moi-même, car il est important de démystifier le « mystique » Macron.



Il est tout d'abord important de savoir comment distinguer quelqu'un qui a une véritable maîtrise du sujet (une compréhension profonde, intuitive et surtout bien intégrée de la démarche intégrale), et quelqu'un qui fait semblant. C'est exactement le même type d'imposture qu'avoir un nègre en littérature, ou une doublure cascade, ou encore faire des tours de prestidigitation et faire croire que c'est vrai.



Les personnalités qui recourent à ces artifices sont des caméléons. En quelque sorte, ils se « doublent » eux-mêmes en imitant des comportements qu'ils ont observé, en s'alignant sur autrui, et ce genre de choses. Dans l'ennéagramme, ils correspondent à la personnalité de type 3 :



https://www.enneagramme.com/Theorie/9_type3.htm



Le type 3 est typiquement celui qui va utiliser le « mensonge » ou plutôt les artifices de tromperie qui sont communs dans la nature, le monde animal et le monde humain. Parmi ses stratagèmes peuvent compter le fait de faire semblant d'être d'accord, voire semblant d'être en désaccord, avec quelqu'un, car le 3 réprimant le centre émotionnel, il a souvent beaucoup plus de facilité à percevoir les émotions, la personnalité d'autrui, que la sienne. C'est souvent un bon comédien, un bon coach, un bon meneur d'homme de type « empathique », bref c'est un « artificier » de la relation humaine. C'est aussi souvent l'archétype du « winner ». Autant de « qualités » qu'on peut constater chez Macron.



Le milieu politique, en revanche, est dominé par les personnalités de type 8 :



https://www.enneagramme.com/Theorie/9_type8.htm



Le type 8 caricatural est obsédé par le contrôle du monde extérieur, il aime protéger, dominer, décider. À l'inverse du type 3, il vénère la force, l'arbitraire, l'autorité, etc. Mais n'allez pas croire que le type 3 s'oppose à cela. Tout au contraire, un type 3 se retrouvant dans le milieu politique exercera ses caractéristiques propres pour mieux singer la culture dominante du milieu, qui est de type 8.



Le milieu politique est largement peuplé de personnalités de type 8, mais on y retrouve aussi beaucoup de types 6 d'une certaine variante, et de types 3. Les autres personnalités sont minoritaires. Attention, je suis obligé ici de simplifier, il ne faudrait pas croire que les choses sont aussi carrées et que l'ennéagramme fournisse des réponses toutes faites à tout. Il m'est simplement nécessaire d'y recourir pour rendre ma démonstration aussi claire que possible.



Donc, le type 3 va singer le type 8 qui correspond à la culture dominante en politique. Sarkozy était par exemple un type 8 fortement marqué par une culture familiale de type 3, qui savait ajouter à son autoritarisme naturel une sorte de « bagou » lui permettant de se donner raison en toute circonstance, de se jouer de ses interlocuteurs, etc. Son côté bagarreur, son langage crus, trahissaient toutefois sa véritable nature de type 8. Un type 3 est beaucoup plus poli et mesuré sur ces points, préférant peser chacun de ses mots, pour obtenir un effet émotionnel maximum.



Mais que se passe-t-il lorsqu'un type 3 veut impressionner un type 8 très marqué ? Et bien, ce qu'il s'est passé lors de la rencontre Macron-Trump.



https://francais.rt.com/international/38872-malaise-premiere-poignee-main-donald-trump-emmanuel-macron



On voit sur ces images que Trump est dans son naturel énergique, doté d'un corps puissant aux épaules larges qui lui permet totalement d'exprimer la force de caractère naturelle d'une personnalité de type 8. Macron, en revanche, fronce les sourcils, contracte son visage, pour contrecarrer la poigne de Trump, jusqu'à serrer plus fort que celui-ci, sans posséder la même énergie ni la même force. Il veut juste faire croire au « mâle dominant » Trump qu'il est de la même classe que lui, ce qui, disons le au passage, ne risque pas de tromper ce dernier, qui sait d'instinct que ce qu'il s'est passé est en réalité ce que je viens de décrire. Il tentera bien sûr malgré tout de garder bonne figure devant les caméras, même si le ridicule de la situation n'échappera à personne, la main de Trump pendouillant en voulant s'échapper de cette poigne artificiellement forte de son collègue français.



Cela peut paraître totalement anecdotique et sans importance, mais laissez moi expliquer pourquoi ça ne l'est pas.



https://francais.rt.com/international/38909-macron-snobe-trump-merkel-recolte-nouvelle-poignee-main-musclee



Une deuxième occasion est fournie plus tard aux deux hommes de se serrer la main. Cette fois, et bien que Macron ait tenté de l'esquiver, et bien que Trump ait présenté sa main en avance, Macron se fait avoir. Trump le tire fermement dans sa direction, et Macron est obligé de poser sa main sur le bras de l'américain pour lui indiquer de se retirer. Il s'agit clairement d'une petite vengeance (trait caractéristique du type 8). Philippe Grasset commentera la rencontre :



http://www.dedefensa.org/article/humeurs-fureurs-mediatico-transatlantiques



Ce qui se passe, c'est que Macron est un petit gamin qui se sent comme à la cour de récré, en compagnie des plus grands et plus forts que lui. Il essaye d'éviter, de bifurquer, ou de faire illusion en roulant des mécaniques, ce qui ne trompe bien évidemment personne. En somme : il se sait en situation d'infériorité, et essaye de palier avec de vulgaires techniques de PNL et de coaching tout à fait grossières, ce sentiment d'infériorité qu'il est en fait incapable de surmonter. La vérité est bien triste : il n'a pas les armes pour cela, alors il s'en fabrique des de fortune.



Ce n'est pas du tout la marque de quelqu'un qui maîtrise la démarche intégrale. C'est tout au contraire la démarche de quelqu'un qui dispose d'une habileté et d'une souplesse relative, mais qui se sait dominé, et qui espère que ça ne se verra pas, s'il joue assez bien son rôle. C'est le comportement d'un comédien assez médiocre, au milieu de gens qui sont naturellement « forts » de caractère (caractéristique fondamentale du type 8), tout en ayant cultivé eux-mêmes une certaine roublardise, qui elle est plus naturelle à Macron (puisque caractéristique fondamentale du type 3).



Pire encore, Macron révèle ses trucs, ce qui révèle un esprit fanfaron (typique du 3, encore) et pas bien malin. Tout prestidigitateur de carrière sait que le premier principe de la magie est : ne jamais révéler ses trucs sans en avoir une absolue nécessité (par exemple, faire de l'instruction à la magie un métier ou une nouvelle forme de divertissement).



Or la politique n'est pas censée être un divertissement, un amusement public où l'on expose ses trucs pour montrer qu'on est malin, ce qui est plutôt la démonstration du contraire, mais constitue aussi une attitude assez irrésistible à un ego de type 3 immature.



https://francais.rt.com/france/38946-emmanuel-macron-poignee-main-avec-trump



Macron nous explique donc qu'il voulait sciemment s'opposer et résister au rapport de force imposé par Trump, au point de le retourner. Croit-il qu'il y est parvenu par son geste tout à fait dérisoire et ridicule ? Se rend-il compte, lui qui a étudié ces trucs de manipulation, qu'il navigue dans un monde où le rapport de force est précisément la norme ? C'est déjà un signe majeur qu'il ne maîtrise pas son sujet.



Et justement, la rencontre avec Poutine ? Je crois que John Laughland a parfaitement résumé la chose :



https://francais.rt.com/opinions/39053-poutine-macron-jean-de-la-fontaine



Il y a beaucoup de détails à analyser dans cet article.



« Le langage du corps dit tout haut ce que les hommes pensent tout bas. Ainsi, le président Poutine est arrivé à Versailles le 29 mai avec un grand sourire, qui n'était pas partagé par son hôte, Emmanuel Macron. En revanche, le sourire avait disparu quelques heures plus tard, quand les deux présidents donnaient leur conférence de presse. Le visage du président russe était redevenu de marbre, comme cela est son habitude. »



La première remarque qui s'impose est donc que Macron n'est pas du tout parvenu à infléchir Poutine comme il l'aurait souhaité. Et qui s'en étonnerait. Poutine, lui, maîtrise, sciemment ou non, la démarche intégrale. On expliquera plus en détail plus tard à quoi l'on reconnaît cela.



« En effet, Emmanuel Macron semblait vouloir s'inscrire explicitement dans cette longue et douloureuse tradition européenne en soulignant, au tout début de la conférence de presse, combien Pierre le Grand était venu en France en 1717 pour apprendre à moderniser son pays arriéré. (…)

On ne peut qu'être frappé par son culot. Si Emmanuel Macron, président de la République depuis à peine quelques semaines, veut faire de Vladimir Poutine, dirigeant de la Fédération de Russie depuis dix-sept ans, un bon petit élève de la supériorité européenne – de cette Europe qui se comprend aujourd'hui comme la patrie des minorités sexuelles et de la fin de l'histoire – c'est mal parti pour un renouveau (reset) des relations franco-russes. Téméraire est celui qui croit pouvoir ainsi être l'interlocuteur supérieur d'un vieux rusé comme Poutine : en regardant les deux présidents, on ne pouvait pas ne pas penser, même sur le plan de la physiognomonie, au corbeau (Macron) et au renard (Poutine) de Jean de la Fontaine. Le pari de Macron est d'autant plus absurde que, s'il y a une chose que les Russes ne supportent pas, c'est d'être traités comme des demeurés qui ont besoin de puiser dans la post-modernité européenne pour pouvoir se remettre «du bon côté de l'histoire» comme se plaisait à le répéter le président Obama. En réponse à la dissertation macronienne sur les Lumières et les «valeurs» de la France, Poutine a d'ailleurs répliqué en invoquant une histoire beaucoup plus ancienne et infiniment plus charnelle : Poutine a rappelé qu'Anne de Kiev, l'épouse du roi des Francs Henri 1er au onzième siècle, avait fondé deux grandes dynasties européennes, les Valois et les Bourbons, dont une est encore régnante aujourd'hui. C'était une façon élégante et décidément pré-moderne de répondre au post-modernisme fade de son hôte. »



Cela répond déjà largement à la question. Le débutant aura voulu impressionner l'ancien et désormais briscard de la politique, et il aura, comme avec Trump, employé des moyens tout à fait grossiers et inadapté à cette fin. Cela n'est pas la marque d'un maître dans la démarche intégrale, mais au contraire d'un apprenti toujours un peu en retard d'un wagon voire d'une locomotive, encore en train de batailler pour obtenir ses diplômes. On verra plus loin que, tout simplement, ce genre de « diplôme » ne s'obtient pas de cette façon... Bien que tous les Macron du monde l'espèrent et le croient et avec eux, tous ceux qui les suivent.



Mais il y a encore à picorer dans cet article :



« Sans doute l'aspect le plus désolant de cette conférence de presse glaciale était la crise de colère qu'Emmanuel Macron a piquée en réponse à une question d'une journaliste de RT. Généralement modéré dans ses propos, Emmanuel Macron a eu un accès d'humeur à l'égard de RT et de Sputnik. Sans citer un seul exemple de fausse information que ces deux agences auraient répandue à son encontre, mais sans doute pensant à celles sur le compte au Bahamas qui ont été relayées par tous les médias au monde, Macron a, une fois de plus, révélé son caractère à la fois infantile et autoritaire. »



Bon, là, c'est tout à fait ce que ferait une personne marquée par un type 3 encore immature, essayant de singer l'autorité qui caractérise le milieu politique, marquée par le type 8. Là où une autorité de type 8 serait naturelle, éventuellement excessive, on a ici une sorte de scène de théâtre forcée, dans laquelle Macron surjoue la colère et exagère un problème, tout en manifestant en fait une simple vexation personnelle à la fois puérile et futile qui démontre en réalité sa faiblesse de caractère. Cela est encore mieux exprimé ensuite :



« Cette obsession avec les deux agences confirme les instincts profondément conformistes d'Emmanuel Macron, qui, dans cette affaire comme dans tant d'autres, semble ne faire que suivre la ligne dictée par le Congrès américain à Washington. Et dans la mesure où les Etats-Unis sous Trump semblent vouloir s'éloigner du consensus pluri-décennal incarné par le jeune nouveau locataire de l'Elysée, il suivra la ligne de conduite dictée à Berlin, où, la veille de la venue de Poutine, la chancelière Merkel et son ministre des affaires étrangères, Sigmar Gabriel, avaient proposé une «Europe» qui désormais prendrait le relais de la défense de l'Occident que Trump ne souhaite plus garantir. Dans la création de cette nouvelle «Europe», la Russie joue un rôle clé : celui de repoussoir, d'image négative contre laquelle l'Occident se définit et se défend.

Comme si tout cela ne suffisait pas, Macron a tenu à annoncer à la conférence de presse que le courant ne passait aucunement entre lui et Poutine sur le plan personnel. Conformément aux consignes données par Mme Merkel, Macron accepte que l'Europe soit condamnée à essayer de vivre en «bon voisinage» avec la Russie. (...) »



On voit que tout cela dessine, en lieu et place du génie maîtrisant parfaitement les finesses des relations humaines, du grand jeu politique et géopolitique, et ayant une vision d'aigle incisive, pertinente et courageuse des aléas et de la complexité du monde, un personnage capricieux, aux attitudes bizarres, à la limite de l'imprévisible, tout à fait soumis à la volonté d'autrui tout en se situant dans une révolte finalement assez adolescente, vis-à-vis de certaines figures ou archétypes du milieu, et je dirais même, probablement envers lui-même. Le syndrome d'une personnalité mal construite, ou mal finie.



Or l'on va voir que cela est, en terme de diagnostic vis-à-vis de la démarche intégrale, totalement rédhibitoire.





Ce qu'est vraiment l'approche intégrale, et pourquoi Macron est en dessous de tout, vis à vis de celle-ci.



Reprenons le schéma des niveaux de développement, et essayons de situer les choses.

 

integrale



Ceci est la version de Ken Wilber, mais j'y ajoute aussi le lien vers la spirale dynamique originellement créée par Clare Graves, à mon avis un peu plus précise et plus juste :



http://www.spiraledynamique.com/Theorie/



Il suffit simplement de faire défiler les couleurs, sur la page.



Bon alors, pourquoi, après tout ce que j'ai décrit, Macron ne peut vraiment pas appliquer cette démarche ?



Il y a d'abord une chose à comprendre, qui est capitale. En dépit du fait que ce genre d'approche soit utilisée en coaching, et en dépit de tout ce que l'on peut prétendre à ce sujet, il n'existe qu'une façon de pouvoir l'appliquer : l'incarner.



Et pour incarner l'approche intégrale, il faut en avoir vécu, en soi, toutes les étapes (au moins jusqu'au niveau jaune de la spirale selon Graves, ou vert d'eau/turquoise, selon Wilber). Voyez-vous où je veux en venir ? Comment une personnalité immature, encore bloquée à des niveaux inférieurs, pourrait incarner quelque chose qu'elle ne peut approcher qu'intellectuellement ?



Clare Graves a bien observé un fait, qui me servira ici d'exemple. Je vais devoir entrer un peu plus en profondeur du sujet, pour expliciter.



Les niveaux impairs de la spirale dynamique sont les niveaux individualistes et sont caractérisés par des couleurs chaudes (beige, rouge, orange, jaune, etc.), tandis que les niveaux pairs sont les niveaux orientés vers le collectivisme, avec des couleurs plus froides (violet, bleu, vert, turquoise, etc.). Plus on évolue, plus on s'éloigne des couleurs primaires, en allant vers des teintes nuancées, cela exprimant le fait que plus la conscience progresse, plus elle devient subtile, moins caricaturale, plus souple, intégrant à chaque nouveau niveau de conscience, les niveaux précédents. D'où le nom de démarche « intégrale ». Au passage, l'article cité en premier fait une erreur assez sérieuse en présentant cette dynamique comme une « hiérarchie », là où elle se présente en fait comme une holarchie, ce qui est tout à fait différent, et démontre au passage une mécompréhension du sujet qui explique pourquoi son auteur s'illusionne au sujet de Macron : il ne maîtrise pas non plus lui-même son sujet... C'est d'ailleurs ainsi que fonctionnent les tours d'illusionnistes, n'est-ce pas ? En s'exposant à un public qui ne comprend pas ce qu'il se passe, et n'est pas en mesure de déceler le truc. C'est aussi ainsi qu'un gourou se joue des membres de sa secte.



Notons au passage qu'une personne n'est pas entièrement centrée sur un niveau de la spirale. Sa conscience s'étend sur tous les niveaux de la spirale qu'elle a traversé au cours de son vécu, en s'investissant fortement au dernier niveau découvert, et de manière irrégulière sur les niveaux précédents (nul n'est parfaitement équilibré, eu égard au développement de sa conscience, quel que soit le niveau maximal qu'il ait pu rencontrer : il n'existe pas de maîtrise parfaite de sa conscience, sauf peut-être chez d'éventuels grands maîtres spirituels, certes).



Ce qu'a constaté Clare Graves au cours de son travail, c'est qu'une personne centrée à un certaine niveau peut toutefois manifester des caractéristiques de niveaux supérieurs, qu'elle aura pu apercevoir chez les autres, sans les comprendre ni les intégrer, mais en les remarquant. C'est même ainsi, en large partie, que l'humain progresse et même, la vie en général. Ainsi, les enfants humains apprennent le langage de leurs parents, et plus tard, les codes et comportements sociaux, etc. de même, certains animaux copient les comportements humains, pouvant même aller jusqu'à apprendre des trucs. Ainsi, un chat peut apprendre à ouvrir une porte, un singe doué à utiliser notre langage des signes, voire mieux.



Mais ce n'est pas parce qu'un chat a appris à ouvrir une porte qu'il va pouvoir tenir une entreprise, ni même être portier dans un hôtel...



Ainsi, pour prendre un exemple plus parlant, la culture du ghetto est-elle de type rouge, marquée par une sorte de tribalisme, de culte du plus fort et de la force et de l'honneur en général. Mais cette culture rouge, qui autrefois se traduisait par un tribalisme sanglant, marqué par la pratique de la guerre tribale, de la scarification, d'un culte du chef et ainsi de suite, s'inscrit désormais dans une société plus large, fortement centrée en orange, qui manifeste le culte de la réussite, de l'argent, et s'exprime par l'opportunisme, le matérialisme à travers un nouveau type d'individualisme.



Une personne vivant dans les ghetto et cultivant ce mème de la force et de l'honneur dans le but d'obtenir du respect, sera impressionnée par l'autorité émanant de quelqu'un ayant atteint la richesse ou le pouvoir politique, à travers des possessions matérielles qui expriment sa réussite dans son même orange : grande maison, bijoux, montres, voitures classes, etc. La personne encore captive du mème rouge aura alors tendance à singer le mème orange en important ce qu'il peut comprendre de ses symboles. Ainsi, le caïd du ghetto ou du rap fera-t-il tout pour posséder une voiture de marque, des bijoux tapageurs, et dans les cas les plus consternants, des dents en or voire en diamant, en exposant dans ses clips la richesse qui est le symbole d'un autre mème, mais qu'il pense pouvoir s'approprier par ses propres méthodes : villas avec piscine, des « meufs » et des « biffetons » plein les bras, etc.



C'est que la personne dont la conscience ne parvient pas à dépasser le stade rouge ne peut que projeter dans le monde extérieur une vision étriquée qui est la sienne, lorsque ce monde extérieur est dominé par des mèmes qui se situent à un niveau supérieur. Par ailleurs, l'individualisme rouge copie et caricature l'individualisme orange, qui lui est plus facilement accessible et surtout enviable, que le collectivisme bleu, qui constitue néanmoins son évolution naturelle (et qui s'exprime dans notre société par l'islamisation des banlieues, soit dit en passant).



C'est ce que fait Macron avec Trump et Poutine, juste à un autre niveau. Contrairement aux apparences que certains s'obstinent à voir, Macron est, dans son cas, totalement verrouillé au niveau orange dont il exprime toutes les caractéristiques. À son niveau orange et avec son type 3, et grâce à ses connaissances dans les méthodes de coaching, de développement, et à sa capacité à imiter autrui (qui provient de son type 3), il peut illusionner son monde, et notamment lui-même, en se croyant un niveau de conscience supérieure, en s'attribuant une mystique christique qu'il ne comprend que superficiellement, parce qu'il joue un rôle. De cette façon, il peut projeter l'illusion relativement convaincante pour ceux qui n'ont pas les outils pour la déjouer, qu'il est investi d'une sorte de spiritualité peu commune, quand il est en fait totalement dans le syndrome du 3 enfermé dans le mème orange : comme ce mème correspond parfaitement à sa personnalité, en valorisant tous les traits, il produit en fait une évolution pseudo-spirituelle qui est transversale au lieu d'être verticale. Il lui suffit alors de fanfaronner à propos de sa verticalité imaginaire, pour faire croire qu'il l'incarnerait, ce qui est une autre méthode de bateleur, ni plus ni moins.



L'on voit donc que Macron singe les niveaux supérieurs de la spirale à la manière d'un rappeur du ghetto se ferait implanter des dents en diamant pour faire croire à sa réussite et à sa maîtrise des jeux sociaux. Mais il y a aussi les signes clairs que non seulement il les singe, mais il ne les maîtrise pas.



Premièrement, rappelons que ce gars est totalement fabriqué :



https://fr.sott.net/article/30630-Macron-petit-coup-d-Etat-en-forme-d-election-coloree-a-la-Soros



S'il était si doué, il n'aurait pas eu à se faire porter au pouvoir par la quasi totalité de l’establishment, qui a parfaitement vu en lui l'imposteur né, le bateleur de foire et le beau parleur qu'il est. Il sait, comme n'importe quel publicitaire ou vendeur d'encyclopédies, faire bonne figure et employer des tournures de langage ou de rhétorique capables de convaincre un auditoire médiocre. Mais pas plus.



Macron a été installé pour exercer une politique qui ne dépend pas de lui, dans laquelle il n'aura pas sa carte à jouer, à moins de se retourner contre le système.



https://francais.rt.com/france/38810-macron-veut-prolonger-etat-durgence



https://fr.sott.net/article/30668-Et-un-p-tit-coup-d-Etat-d-urgence-re-re-re-re-renouvele-un



Macron prolongera ni plus ni moins la politique menée sous Hollande, un non-visionnaire total qui est satisfait de son bilan après avoir été le président le plus impopulaire de la Ve. L'état d'urgence deviendra la norme, tout comme la casse sociale. Ce sont des méthodes, des idées et des pratiques totalement centrées en orange, qui n'expriment absolument aucune des qualités qui caractérisent le niveau de conscience intégral ou même pré-intégral.



Nommer Nicolas Hulot à l'écologie n'est bien évidemment qu'une caution, et est pratique, puisque cela permet à Macron d'y placer quelqu'un qui sera bien plus averti que lui du sujet (et qui ne durera probablement pas longtemps, car si il commence à bloquer les initiatives anti-écologiques de Macron, ses jours sont comptés, et sa nomination n'aura vraiment servi que de façade, mais bien sûr, il y a aussi la possibilité, plus fine, et très « 3-orange » de le réduire à l'impuissance pour donner l'impression qu'il est juste incompétent ou face à des problèmes trop importants pour pouvoir avancer, bref la politique politicienne habituelle pour préserver le statu quo), sans avoir à se mouiller en cas d'échec (qui est la crainte du 3) : il dira qu'il avait placé le meilleur, et qu'il « n'a pas de leçons à recevoir », ce qui est un de ses refrains préférés, comme le « j'assume pleinement » (mes retournements de veste) ou le « et en même temps » (je peux affirmer que noir est blanc et blanc est noir dans la même phrase).



Macron n'est là que pour prolonger une logique mondialiste qui prend ses racines au moins dans le 19e siècle :



http://www.dedefensa.org/article/le-president-grant-et-la-republique-universelle-en-1873



Il est donc tout sauf un président progressiste, tout sauf quelqu'un cherchant à intégrer toutes les composantes de la société, et il préférera, tout au contraire de ce que suggérerait une démarche intégrale, passer en force avec des ordonnances, comme il l'a déjà affirmé. Bref il fera ce pour quoi il est programmé, sans tenir aucun compte de la fragilité et des tensions dans la société, sans même essayer de trouver des solutions imaginatives et courageuses aux problème de son pays, ce qui est la marque de l'approche intégrale, qu'un Poutine a parfaitement réussi à appliquer dans son pays, pourtant bien plus grand que le nôtre, devenant extrêmement populaire malgré une très longue période au pouvoir, réduisant les problèmes économiques de son pays et le nettoyant en grande partie de son oligarchie parasite, malgré les manœuvres des ennemis de la Russie, malgré les embargos, etc.



C'est cela, la marque d'une approche intégrale, et je vous renvoie à cet article sur Poutine, que j'avais déjà cité et commenté récemment :



https://fr.sott.net/article/30575-Le-nouvel-ordre-mondial-de-Poutine



Avant de conclure, encore une ou deux réflexions. D'abord, j'espère que cet article aura pu permettre aux lecteurs de se faire une idée de la démarche intégrale, qui est extrêmement intéressante, si ce n'était pas déjà le cas. Ainsi, le cas assez navrant de Macron aura au moins eu ce mérite. Mon propos n'est ni de l'accabler, ni de lui donner une excessive importance, mais son cas est décidément intéressant et tout à fait typique pour parler des maux de notre société, et en examiner les ressorts.



Je ne dis pas qu'il y a nécessairement des solutions miracles à nos problèmes, ni que Poutine soit le messie ou Macron l'anti-messie. Chacun a aussi droit à sa part de respect, dans ses défauts comme ses qualités, toujours en nuance. Cependant, Macron constitue un cas d'école tout à fait répugnant de notre monde « post-moderne » qu'on ne peut faire l'économie d'étudier, si l'on veut vraiment comprendre pourquoi et comment ces figures de la réussite, du matérialisme et de l'opportunisme individualiste ont foutu nos sociétés en l'air, corrompu nos modes de vie, perverti le langage, etc.



Il m'insupporte de lire ces propos de groupies sur un type aussi répugnant de suffisance, dont l'équilibre mental est douteux et à l'image des pathologies qui envahissent la société moderne, et que l'on est contraints de subir pour y survivre, à moins d'avoir les moyens improbables de s'en distancier totalement. Le monde est devenu, culturellement, psychiquement et humainement un cloaque à cause de ces personnalités pathologiques qu'un grand nombre de... je n'ose pas dire idiots, mais au minimum de crédules, s'ingénient à aduler.



Ce commentaire, par exemple :



« pas de bla bla en ce qui me concerne, simplement l'intuition qui dit un ENORME OUI, pour Emmanuel qui ne l'oublions pas... veut dire Dieu avec nous »



Affublé qui plus est du smiley de circonstance, pratique de communication moderne qui se caractérise par sa simplification (simpletification) à outrance (oui, il m'arrive tout de même d'en utiliser), et la longueur du message, une phrase imparfaitement ponctuée, absolument pas argumentée, seulement justifiée par une prétendue intuition. La même, sans doute, que la religion nous apporte le salut (mème bleu de la spirale), ou que ce gadget totalement inutile, là, dans le rayonnage, va m'apporter le bonheur que je n'ai pas et que je cherche encore (mème orange).



Non que l'on doive toujours justifier sa pensée, ou s'en remettre à une prétendue objectivité. Mais là c'est vraiment l'attitude de groupie, qui doit caractériser beaucoup de suiveurs de Macron-le-séducteur.



La connaissance de la spirale dynamique nous apprend qu'on ne peut atteindre les niveaux supérieurs que par des crises personnelles souvent très douloureuses. Je peux témoigner être passé par là, peut-être y être encore dans une certaine mesure, et donc savoir exactement comment et pourquoi on passe de orange à vert, de vert à jaune, et pourquoi on n'y passe pas. Macron n'a aucune raison de sortir du mème orange (peut-être un jour, cependant). Pour le moment, dans la société, tout le valide, tout l'encourage à y rester, à incarner ce mème, et cela s'est encore renforcé par son élection, puisque cette élection valide très fortement le succès que peut lui fournir ce mode de fonctionnement.



Il continuera donc, pendant pas mal d'années, voire jusqu'à la tombe, à en être l'incarnation et la caricature grotesque. Il se peut qu'après son passage à la présidence, cependant, une prise de conscience (improbable à mon avis, mais toujours possible), lui fasse développer des qualités du mème vert qui sont peut-être (ou pas) préexistants dans sa personnalité.



Cependant, il y a beaucoup de chances que, avec les traits psychopathiques que l'on peut déceler chez lui, ses déclarations totalement antipathiques, satisfaites de lui-même et égocentrées sur ses costumes, sa réussite, Macron ne fasse jamais que se renforcer dans ce niveau de conscience. C'est un individu relativement médiocre et tout à fait l'image de ce monde, qui y projettera et y renforcera ses propres pathologies, et renforcera ces tendances dans le pays qu'il va diriger, et c'est ce que je prédis.



Et c'est parce que l'élévation dans les niveaux de conscience du développement nécessite ces passages difficiles qui demandent du temps que Macron, encore très jeune pour le milieu politique, et surtout ayant mené une vie facile jusqu'à présent, ne favorisant nullement l'élévation, tout au contraire, est fort justement encore assez bas dans cette schématisation de la conscience.



D'ailleurs, le plus souvent, la réussite sociale, dans la schématisation de la spirale dynamique, est favorisée par un niveau de conscience relativement médiocre. En effet, atteindre des niveaux plus élevés implique fatalement une incompréhension de la part de la majorité, qui ne parvient pas à saisir la personnalité de personnes trop décalées, et à s'harmoniser avec elles, préférant la compagnie de gens « comme eux ». Cela est vrai aussi, bien sûr, pour ceux qui ont un niveau trop bas, et ne parviennent pas à se hisser aux niveaux de fonctionnement d'une société trop complexe pour eux.



Pour parler vite fait de mon cas, je peux témoigner qu'une certaine capacité à comprendre la complexité du monde ne suscite pas spécialement la sympathie autour de moi. Sans fausse modestie ni orgueil excessif – je ne me prends pas pour un génie, et je me sens inapte à m'insérer avec succès dans une société qui me nie, et fonctionne à mes yeux sur le mode d'un simplicisme révoltant – je peux dire que tout va bien tant que je porte un masque qui me permet de me faire passer pour une personne « normale », et que les personnes qui me comprennent dans ma complexité se comptent sur les doigts d'une seule main mutilée. Le fait d'avoir une capacité à saisir la complexité s'accompagne d'une séparation qui est proportionnelle avec votre degré de compréhension, à moins d'avoir atteint un haut degré de maturité et de solidité psychique, ce qui n'est certes pas mon cas.



Pour terminer enfin, je citerai un nouvel article très pertinent d'Ugo Bardi, qui a justement le mérite de nous remettre à notre place, nous animaux humains.



http://versouvaton.blogspot.fr/2017/05/rendez-la-fourmiliere-grande-nouveau.html



Encore sur le thème de la fourmi humaine, il y parle de nos limites cognitives, de comment nous pourrions évoluer ou pas, sans dogmatisme, et avec curiosité. J'ai pensé que cette réflexion beaucoup plus nuancée et posée serait utile à mettre en balance avec le simplisme et le côté spectaculaire façon télé-réalité, de la personnalité insipide et pauvre de Macron l'illusionniste, pour montrer ce que, à l'inverse de cela, peut produire une pensée intelligente, originale et non-dogmatique.



Cette réflexion, mise en parallèle avec ce qu'on a vu de la spirale dynamique et de la démarche intégrale, peut nous indiquer par exemple que, à l'avenir, si l'humanité surmontait les défis qu'elle s'est elle-même créés par son inconscience et sa légèreté, elle pourrait par exemple évoluer vers une sorte de conscience de ruche adaptée à sa complexité. Point sur lequel Bardi ne met pas toutefois assez l'accent à mon sens, glissant un peu dans un pessimisme sur la nature humaine qui n'est pas le mien. Ma vision serait plutôt que, si nous survivons aux temps actuels et à leurs lendemains inquiétants (ce qui sera, je pense, le cas après une très dure période dont il est impossible de prévoir la durée), nous évoluerons collectivement vers un niveau de conscience encore indéfini dans la spirale.



Notre perception de la complexité des interactions entre nous et notre environnement et au sein de notre environnement s'élargira, et commencera à devenir apte à appréhender, respecter et manier cette complexité sans porter autant atteinte à l'environnement. On ne peut dire quel sera alors notre mode de vie. Plus proche de la nature et plus frugal, sans doute, mais selon quelles modalités ? En tout cas, on devrait voir, à mon avis, une sorte de résurgence des états modifiés de conscience à ce prochain niveau. Sous quelles formes, je ne le sais pas, et ma pratique du chamanisme me permet seulement d'en faire de maigres suppositions et spéculations qui ne sont pas mon sujet ici (mais peut-être une autre fois).



Sur ce, je vous laisse, en espérant que cette longue lecture ne vous aura pas trop assommés ou découragés. Mais j'estimais utile de rentrer en détails dans ce sujet. Détruire les illusions autour de Macron me semble autant nécessaire que de bien comprendre dans quelle direction tourner le regard pour nous améliorer, d'autant que l'état d'esprit représenté par Macron est totalement antinomique de cette dynamique.



Bien à vous, et à une prochaine fois.