Un article un peu rapide avant de m'absenter. Je voulais partager quelques liens et réflexions sur notre mode de vie actuel, car plusieurs textes et vidéo ont attiré mon attention sur certains points. En introduction, je dirai – et cela ne surprendra pas mes lecteurs – que selon moi, notre mode de vie actuel est fortement délétère. J'ai déjà proposé pas mal de textes soulignant les problèmes liés à la communication, aux modes de vie urbains (mon article en préparation sur ce sujet est un peu en stand by), et aux différentes hystéries qui les accompagnent.

 

Ma première remarque sera que non seulement l'être humain n'est pas fait pour vivre en ville, mais il n'est pas fait non plus pour vivre en sédentaire à la campagne. Et si l'homme s'adapte plus ou moins bien malgré tout à ces façons de vivre et à cette sédentarité, en développant divers troubles psychiques et physiques, on peut facilement discerner encore en lui, après ces millénaires d'installation dans la sédentarité, l'élan nomade qui le caractérise, et marque son essence fondamentale. C'est ainsi que, pour compenser le manque d'exercice chronique que nous vivons, nous avons développé le sport, les voyages, le tourisme, les randonnées, etc. Autrefois nous pouvions nous déplacer sur des milliers de kilomètres en quelques mois, et l'étonnement des chercheurs devant les grands mouvements de l'humanité accomplis en plusieurs millénaires ne cesse de soulever ma perplexité. Nous voyons bien aujourd'hui qu'avec un simple bateau, on peut faire le tour du globe en seulement quelques mois... Récemment, un cycliste faisait le tour du monde en 80 jours à vélo... Et il a réussi.

 

http://www.leparisien.fr/insolite/un-britannique-boucle-le-tour-du-monde-a-velo-en-78-jours-et-fete-son-retour-a-paris-18-09-2017-7270326.php

 

Aussi, l'hystérie autour des grandes migrations actuelles tend à m'agacer un poil. Il faut reconnaître qu'elles posent de très sérieux problèmes, notamment à une Europe sur le déclin, qui insiste néanmoins pour les accueillir, mais il faut reconnaître aussi que c'est simplement une impulsion inévitable pour l'humain que de migrer dès lors que le territoire sur lequel on se trouve n'est plus vivable, et que d'autres semblent plus accueillants et plus riches en ressources. On peut déplorer cela, on peut vouloir s'en protéger, c'est légitime. Mais il faut alors assumer de vivre enfermé dans ses frontières, voir dans l'enceinte de sa ville (comme au moyen-âge) ou de son quartier ultra-sécurisé, technique déjà utilisée par les riches, qui ont évidemment beaucoup à perdre devant les hordes de migrants démunis qui arrivent dans nos régions.

 

https://www.franceculture.fr/geopolitique/le-monde-se-referme-la-carte-des-murs-aux-frontieres

 

Est-ce vraiment le type de monde que nous voulons ? Augmenter encore ce phénomène carcéral qui nous étouffe déjà ? Ne pouvons nous nous sentir en sécurité que dans une forteresse ? Comme je disais, bien peu de chemin a été fait depuis le moyen âge, finalement, et que ceux qui combattent l'idéologie de la décroissance en disant qu'on veut nous ramener à l'âge de la bougie en prennent de la graine...

 

Dmitry Orlov nous fournit quelques réflexions très intéressantes un peu annexes, mais qui alimentent la réflexion sur ce point :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2017/09/levez-vous-les-prisonniers-de-la_28.html

 

En effet, ces migrations, que ce soit lié ou pas, interviennent de manière conjointe avec une paresse du langage qui a envahi nos pays, avec la simplification non seulement à cause des textos et SMS, mais bien aussi à cause de la fainéantise et de la médiocrité de plus en plus de nos contemporains. Moi qui fréquente certains sites de tchat, je suis toujours atterré de voir de plus en plus de gens (et je ne mentionne pas ceux qui n'ont jamais été bons en français, ça n'est pas leur faute) ne même plus faire l'effort de ponctuer leurs phrases, leurs questions, au point de former des immondices de ce genre, et ne communiquer qu'ainsi :

 

"bonjour tu vas bien tu viens souvent sur ce site tu aimerais parler de quoi"

 

C'est une torture que de répliquer ce genre de formule, mais il faut quand même relater cela. Parallèlement au grand délire autour du genre, beaucoup n'ont de toute façon même plus la volonté de désigner les choses par le mot correct, ou de formuler leurs phrases d'une manière compréhensible ou élégante. L'immédiateté, le court-termisme, la satisfaction de la pulsion instantanée est devenue l'attitude généralisée sur certains sites, en parfaite adéquation avec ce que la société exige par ailleurs.

 

La confusion de genre va d'ailleurs de paire avec la confusion entretenue autour de la « libération sexuelle », en réalité aliénation sexuelle encouragée par une pornographie tellement déconnectée des réalités de l'être humain qu'elle n'a rien à envier au grand spectacle hollywoodien qui vend du rêve et de l'illusion au grand public. Le féminisme est touché par cette dérive, puisque bien loin d'être une revendication des droits de la nature féminine, il a été détourné, comme tant d'autres mouvements idéalistes, pour devenir une simple réplique du machisme inséré dans un féminisme totalement inverti. L'idéal féministe primaire était tout autre, et justifie le fait de mépriser l'hystérie qu'est devenu le féminisme actuel, dans la bouche de ses défenseurs les plus acharnés. Un article qui remet les pendules à l'heure, autant sur l'idéal féministe que sur le langage perverti qui l'entoure désormais, lui et l'hystérie genresque :

 

www.ecologielibidinale.org/fr/miel-feminisme-fr.htm

 

Un exemple des dérives dont on parle :

 

https://francais.rt.com/france/43860-agriculteurs-trices-manuel-scolaire-orthographe

 

Et une réflexion sur le processus de grand lavage de cerveau en cours :

 

https://fr.sott.net/article/31152-Assassiner-l-Histoire

 

Autre réflexion, sur la question de la médiocrité :

 

www.dedefensa.org/article/georges-sorel-et-la-montee-de-la-mediocrite-moderne

 

Sur la désinformation :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2017/09/la-desinformation-comment-fonctionne-t.html

 

Puisqu'on parle de mode de vie, mentionnons aussi ce genre de fait :

 

https://fr.sott.net/article/31159-Argentine-une-fillette-de-12-ans-tuee-par-un-pesticide-interdit

 

Mangez cinq fruits et légumes par jour, n'est-ce pas ? Comme je le dis en commentaire de cet article, je connais personnellement quelqu'un à qui cette mésaventure est arrivée, avec une pomme... Comme quoi en effet, on peut plus raisonnablement se souhaiter bonne chance que bon appétit, dans nos pays où l'obésité et autres maladies de la civilisation et de la malbouffe sont quand même plus répandus que la famine (et doit-on s'en féliciter ? Je suppose...).

 

Ugo Bardi nous propose une réflexion annexe et anecdotique, mais assez éclairante par rapport aux habitudes prises, à ce que nous considérons aujourd'hui comme normal :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2017/09/de-quel-eroei-avons-nous-besoin-pour.html

 

Enfin je terminerai par cette vidéo sur la chaîne d'Alban Dousset, comme toujours très pertinente, avec notamment le passage de Lordon, avec lequel je suis assez d'accord :

 

Vidéo youtube : réaction aux créatifs culturels

 

En effet, et ce sera ma conclusion (d'autant que j'écris encore cet article sans connexion, donc sans pouvoir me référer directement aux textes et vidéos autrement que de mémoire, merci à SFR pour ce nouveau raté spectaculaire) j'ai déjà régulièrement soulevé à quel point les mouvements au départ authentiquement contestataires peuvent être récupérés voire totalement détournés de leur sens et de leurs buts originels par le système. Et c'est là tout le sens de ma critique, non pas du féminisme, non pas de l'anti-racisme, non pas des mouvements alternatifs en tout genre, mais de leurs versions perverties qui désormais occupent le devant de la scène dans les médias, sur internet et notamment youtube, etc. Tous ces idéaux pervertis, en incluant les méthodes faussement écologiques que sont le tri et le recyclage, ou le développement durable, sont totalement capitalo-compatibles, au point parfois même de faire le jeu de la dérive capitaliste, et en tout cas de lui permettre de durer plus encore. C'est pourquoi je rejette, non pas les fondements de ces mouvements et de ces idéaux, mais ce qu'ils sont devenus après avoir été détournés, manipulés et livrés à la médiocrité ambiante. Toutes ces mouvances nourrissent aujourd'hui un mode de vie absolument délétère, tout en y déchargeant une dose néfaste de chaos propice à la division sur des questions finalement assez superficielle, et même souvent nombrilistes. J'ai beau avoir une tendance anarchiste, précisément, je vois l'anarchisme comme un rejet de tout mouvement systémique visant à embrigader l'humain, et pas bêtement, comme beaucoup, une dose de chaos dans le monde ou encore un simple moment de transition entre deux moments de stabilité. L'anarchisme en tant que tendance « politique » au vrai sens du terme (d'où les guillemets puisque ce terme est aujourd'hui, lui aussi, totalement corrompu par la novlangue) peut permettre la circulation des énergies dans un corps social qui serait délesté de ses carcans les plus absurdes, et donc voisiner avec une certaine harmonie qui est loin d'exister dans le système actuel. C'est du moins ma conviction, même si je ne prône pas un anarchisme extrême et caricatural.

 

 

 

NB : j'ai passé aujourd'hui (29/09/2017) 1h20 au téléphone au service client SFR, véritable maison des fous qui m'a renvoyé une dizaine de fois de service en service jusqu'à trouver une personne comprenant ce qui se passe. Le problème ? SFR, suite à un harcèlement qui avait commencé il y a 2 ans si je me souviens bien, et s'était interrompu depuis, force la main de ses clients pour les passer soit à la fibre soit à des offres plus coûteuses, en suivant je ne sais quelle stratégie commerciale absurde qui aboutit à encore plus de mécontentement. Un technicien est passé à mon immeuble, et a déclaré que j'étais non-raccordable, la semaine dernière. Aujourd'hui, et malgré son rapport envoyé à SFR, la boîte mère effectue... mon basculement vers la fibre qui n'a jamais pu être installée, ce qui fait que ma connexion ne marche plus. Il m'a fallu faire une demande de rétractation que certains services essayaient de me dénier, pour aboutir à me mettre en attente pour me rebasculer sur mon service ADSL... que j'attends encore. Théoriquement dans la journée... théoriquement. Donc je ne sais pas quand cet article sera posté, ni combien de temps je vais ENCORE passer sans connexion. Je promets que je vais me les faire dans un prochain article. Et bien sûr, dès que j'en ai l'occasion, je changerai d'opérateur, même si j'ai bien compris qu'il y avait toujours une certaine forme d'entente discrète permettant un nivellement vers le bas du service... MAJ 2/10/2017 : j'écrirai un article dès que je pourrai sur cette maison des fous qui m'oblige à changer de modem pour récupérer leur erreur. Au fond une parfaite illustration des problèmes de mode de vie moderne que j'ai effleuré dans cet article. Réussi à me connecter en... quittant opportunément SFR et en utilisant un smartphone pour partager une connexion.