Une revue de presse qui me permettra de parler de sujets dont je n'ai pas beaucoup parlé dernièrement. Il y aura l'inévitable rubrique sur l'état du monde occidental, mais je commence d'abord par mentionner la Catalogne dont, je crois, je n'avais pas encore dit un mot. Avec d'abord ce texte qui met assez bien les choses en perspectives, du Kosovo à la Catalogne, avec toujours des manipulations et intérêts à plus grande échelle essayant de maintenir la main-mise sur les peuples, avec des décisions à géométrie variable suivant les cas et les intérêts en jeu, cela va de soi.

 

https://francais.rt.com/opinions/44156-catalogne-kosovo-qui-seme-vent-recolte-tempete

 

Dans le cas de la Catalogne, il y a tout de même un point commun avec les autres cas : c'est bien sûr le fait que la capacité d'auto-détermination des peuples soit systématiquement niée, puisqu'on le sait, les peuples ne sont que le terrain d'expression d'un marché qui a une dimension divine dans le monde globalisé actuelle. On pourra donc remarquer, quel que soit le point de vue que l'on a éventuellement sur la question, que « tout le monde s'en mêle » dès lors qu'il s'agit de prendre le parti des anti-indépendantistes :

 

https://francais.rt.com/international/44353-catalogne-declaration-dindependance-ne-sera-pas-reconnue-paris

 

Cette manie d'ingérence dans les affaires d'autrui – qui ne sont plus d'autrui, dans le système globalisé, puisque tout le monde est personne et tout le monde à la fois, fondu dans le système de ruche – trouve quelques répliques ici, et oui, chez les méchants russes, encore :

 

https://francais.rt.com/opinions/44412-contre-sanctions-internationales-bataille-information

 

Comprenons bien pourquoi les médias russes sont si décriés : ce sont pratiquement les derniers grands médias internationaux fournissant encore un contrepoids, une alternative, à la pensée unique unifiée que le système occidental tente perpétuellement d'imposer comme justification à cette volonté de s'ingérer dans tout ce qui lui permet d'espérer l'avènement de ce monde enfin totalement globalisé dont il rêve tant, comme idéal final de la société humaine parfaite. Un désir purement religieux, en fait. Et une finalité totalitaire par excellence.

 

Il se pourrait pourtant bien que cet espoir totalitaire soit sans espoir, condamné comme les autres utopies à un échec lamentable, car ne tenant pas compte de la nature humaine profonde, et puisque profondément en désaccord avec celle-ci, il ne puisse la déjouer qu'un temps, tandis que les ressources et la puissance sont encore de son côté. Et tant que la psychologie inversée puisse tenir debout sur la tête, car les mensonges engendrent des mensonges et les illusions d'autres illusions, mais le tout demeurant incapable d'inverser le monde physique. Comme le dit Orlov, pour le moment, la vérité ne peut pas gagner, entraînée dans la fuite en avant du système. Mais à terme, elle ne devrait pourtant pas perdre.

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2017/10/leurs-fruits.html

 

En attendant, les tensions et les contradictions vont bon train :

 

https://francais.rt.com/france/44360-gouvernement-irrite-jusqu-crs-interieur-prime-ijat

 

Et Lordon nous fait un excellent descriptif de ce qui ne peut pas marcher, dans ce qui nous promet de rétablir le système sur ses pieds, et mieux, il nous explique pourquoi et comment cela n'a jamais marché, et ne marchera pas mieux maintenant, même en se mettant en marche :

 

https://blog.mondediplo.net/2017-10-03-Le-service-de-la-classe#nb4

 

A défaut de fonctionner par la raison, le système fonctionne toujours par la peur :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2017/10/sil-vous-plait-ayez-tres-peur.html

 

Par la peur, la suspicion organisée, et bien sûr la division :

 

https://francais.rt.com/france/44478-modification-secret-professionnel-pour-denoncer-radicalisation

 

Il essaye d'imposer son ordre moral déconnecté de la biologie et de la nature profonde, comme je le disais, à coup d'hypocrisies de plus en plus outrancières :

 

https://francais.rt.com/france/44500-avez-vous-banni-terme-mademoiselle-guide-egalite-femmes-hommes

 

Sachez donc comme il est irrévérencieux et réducteur d'appeler une femme mademoiselle, puisqu'il n'existe pas d'équivalent masculin. Ou comment un privilège fait à la femme devient un honteux stigmate, dans la psychologie inversée post-moderne. Et quand on considérera que la possession d'organes sexuels différenciés est également une insulte...

 

Il faut que je le dise : j'ai toujours eu dans mon entourage des homosexuels, des bisexuels, ou encore des femmes (oui, j'ose tout, même ça), des gens de toutes origines (je ne vois pas les gens suivant leur genre, leur orientation ou leur origine, cette conception me dépasse absolument, bien que l'on puisse certes en retirer quelques éléments culturels ou psychologiques pour mieux les comprendre), j'ai été moi-même végétarien, et je me considère personnellement comme un spécimen assez inclassable de l'espèce que je suis censé représenter. Pour autant je ne comprends pas ces classifications et encore moins les revendications faites autour, qui relèvent de la volonté de s'enfermer dans des nouveaux stéréotypes instrumentalisés à tous les niveaux par la politique politicienne. On est loin, je dirais même à l'opposé des combats de libération originels qui ont été détournés, dénaturés, et ont abouti à un nouvel enfermement de la psyché. On est (presque) sortis, heureusement, du diktat d'une norme pour entrer dans le diktat de la non-norme qui n'est meilleur en rien, et correspond seulement à une inversion de la psyché, à la transition d'un extrême vers un autre, comme si rien ne savait stopper l'élan d'une idéologie dès lors qu'elle a été hystérisée et pervertie, ce qui provient, à n'en pas douter, d'une volonté déterminée de manipuler ces combats pour leur faire servir de tout autres objectifs. C'est ce que je voudrais bien faire comprendre à certains qui me lisent et me cassent occasionnellement les pieds avec leurs histoires d'anti-sémitisme, de féminisme ou autres. Qu'ils comprennent enfin que leur combat n'est pas celui qu'ils croient car il sert de tous autres intérêts, comme tous les combats politisés dans l'ère de la propagande. N'oublions pas que l'accès au travail et au suffrage n'a apporté aux femmes que les mêmes fardeaux que les hommes avaient déjà (et oui, travailler au fond des mines n'était pas spécialement quelque chose qu'un homme normalement constitué souhaitait partager avec les femmes, mais rassurons nous, elles ont travaillé dans des environnements bien plus sains, c'est à dire dans les produits chimiques de l'industrie textile, ahem), que le droit de s'emprisonner à égalité dans le système productiviste et pseudo-démocratique, ou encore celui de s'intoxiquer aussi par la cigarette ou encore l'alcool, opiums lights du peuple occidental, avec la télé. Il serait bon que ces guerriers là aient ces faits en tête, lorsqu'ils nous matraquent avec leurs arguments-massues...

 

Autre exemple de combat inverti, celui d'Amnesty International qui, désormais comme la quasi totalité des ONG, accepte des fonds de la part d'organisations intra et extra-gouvernementales politisées et œuvrant dans le sens de la mondialisation. En le faisant, elles acceptent donc d'entrer dans un système de trafic d'influence qui, immanquablement, pervertit leur lutte en l'amenant à défendre un ensemble d'idées qui ne sont en rien humanistes, et en tout celles d'un néo-libéralisme globalisé et globalisant qui se moque comme d'une guigne de l'humain, sorte d'IA supra-sociale qui suit sa propre logique avec la délicatesse d'un bulldozer géant ravageant forêts et populations, avec toutefois une très grande furtivité :

 

https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/qui-est-derriere-amnesty-197687

 

Alors si le cas d'Amnesty International n'est pas le cas le plus spectaculaire de cette perversion, il reste néanmoins intéressant de le considérer comme un organe parmi d'autres de l'organisme global, dont les organes sont tous touchés, inséminés par le virus global, avec des degrés divers de gravité, et des manifestations symptomatiques divers. Et si certaines parties sont moins spectaculairement touchées, elles participent néanmoins toutes à la dynamique générale qui fait en sorte que l'idéologie globaliste continue de progresser, avec pour chevaux de Troie les organisations humanitaires et humanistes, de la même façon qu'un virus passe toujours plus ou moins inaperçu au sein du vecteur qui le propage. Sans quoi il déclencherait l'alarme du système immunitaire. Au contraire ici, l'organisme véhicule ces idées sans réaliser en quoi elles lui sont néfastes.

 

 

https://www.les-crises.fr/les-documents-de-ladministration-reagan-mettent-en-lumiere-lingerence-des-etats-unis-par-robert-parry/

 

Je parlais plus haut d'ingérence, j'y reviens pour mentionner une nouvelle fois le cas du site d'Olivier Berruyer, les-crises.fr, qui continue à nous gratifier d'articles de ce type, après avoir pourtant propagé pendant des semaines des articles qui tendaient à faire penser qu'il était fou de penser que ce type d'ingérence pouvait avoir lieu. On sait pourtant que c'est la norme, et ce texte n'en est qu'une indication de plus, assez dispensable au demeurant, bien dans le ton médiatique acceptable et raisonnable qui ne fait pas trop de vagues, mais bien en contradiction avec ce que le blog a véhiculé pendant une période. Signe d'un esprit atteint à un certain degré par une sorte de schizophrénie, et tentant de garder un semblant de cohérence et d'identité... Comme tant de sites dont les velléités anti-système s'arrêtent lorsque les intérêts personnels de l'auteur sont trop ouvertement menacés.

 

Enfin je clos cette partie sur la perversion psychologique occidental avec cet article assez frappant sur l'attentat de Las Vegas, qui pourrait s'avérer avoir été un multiple attentat comme à Paris :

 

https://fr.sott.net/article/31231-Le-massacre-de-Las-Vegas-et-le-rasoir-d-Ockham

 

Si seulement 10% de ce qui est annoncé dans cet article est vrai, alors c'est extrêmement grave. Ajouté au fait que, finalement, le tueur désigné semblait n'avoir strictement aucune tendance djihadiste, cela indique ce qui avait déjà été fortement supputé autour des attentats de Paris, à savoir qu'il ne s'agit pas forcément d'une simple attaque suicide djihadiste, mais bien plutôt d'une attaque sous faux drapeau de plus, qui n'a rien à voir avec des motivations religieuses, mais bien plus avec la terrorisation directe de populations, en utilisant, selon toute vraisemblance, des commandos spécialisés dans ce type d'opération, sortis d'on ne sait où. Et puisque les différents tueurs, à part le bouc-émissaire désigné, se sont vraisemblablement échappés, cela signifie que eux, ou d'autres, sont payés à cette fin, d'une manière tout à fait cynique, et que l'on peut s'attendre à ce que cela recommence. On imagine alors qu'il y aura un intervalle étudié entre chaque attaque, de manière à ne jamais faire redescendre trop bas la tension et la vigilance des populations, à la façon qui a conduit, en France, à institutionnaliser l'état d'urgence. Bien sûr il est sans doute trop tôt pour faire des affirmations aussi fermes, mais mon intuition profonde ne me permet pourtant pas d'arriver à de meilleures conclusions pour l'instant : cet événement signe plus clairement qu'aucun autre l'imposture de la piste djihadiste. Le fait que Daech, aux abois au moyen-orient, se soit précipité à revendiquer les faits, indique d'ailleurs deux choses : d'une part qu'il n'y a aucun scrupule de la part de ces gens là à récupérer tout ce qui se passe pour accroître l'influence de leur terreur, alors que leur force diminue, et d'autre part, une complicité potentiellement de plus en plus directe, bien qu'erratique, entre ces organisations, et les organisations occidentales leur correspondant. J'entends par là qu'elles ont, a minima, des intérêts communs si bien partagés qu'elles les poussent à accomplir le même genre d'action et à se reconnaître mutuellement dans ces actions. Bien sûr j'en reste, dans l'ensemble de ce paragraphe, à des suppositions invérifiables, mais qui me semblent assez bien étayées par la logique des choses ainsi que par la chronologie des événements. Ce qui me poussera de plus en plus à considérer ce type d'événement comme du pur et simple terrorise d'état (ou de services secrets, ce qui, pour les populations ciblées, revient au même : elles ont un ennemi clairement installé parmi l'élite).

 

 

 

Divers

 

Encore quelques liens pour terminer cette revue de presse. Je n'ai pas sélectionné d'article majeur pour ce numéro, car il me semble que tout se tient suivant un ensemble et qu'aucun texte n'est plus pertinent, universel ou intemporel qu'un autre (lisez quand même ceux d'Orlov qui sont comme d'habitude excellents, et peut-être aussi celui de Lordon qui est très complet sur son sujet).

 

Puisque j'étais sur le terrorisme, je commence par celui-ci, qui est édifiant en soi :

 

https://francais.rt.com/france/44393-terrorisme-nucleaire-juge-trop-accablant-greenpeace-rapport-publie-version-expurgee

 

Encore un petit pied de nez pour ceux qui viennent, jusqu'à ce blog, affirmer que le nucléaire est, au mieux une industrie propre et sans problème majeur, au pire un mal nécessaire tout à fait acceptable. Je n'en rajoute pas...

 

Ensuite je voudrais partager cet article que j'ai croisé sur Agoravox un peu par hasard et qui a attiré mon attention :

 

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/kokopelli-traine-en-justice-les-197608

 

L'un des liens principaux tiré de l'article et qui sous-tend son argumentation est inaccessible à l'heure actuelle, mais je le mets quand même au cas où, car l'extrait cité me semble important et représentatif de la problématique soulevée :

 

https://iaata.info/Nous-n-irons-plus-pointer-chez-Gaia-jours-de-travail-a-Kokopelli-2137.html

 

Il me semble en effet intéressant de pointer, le cas échéant, à quel point encore une fois la mouvance « progressiste » peut manipuler ou se faire manipuler pour arriver soit au même résultat que la société qu'elle dénonce, soit à un résultat pire que je vois venir pour les générations futures : une dictature pseudo-écologique basée sur un nouvel ordre moral factice et inefficient à résoudre les vrais problèmes environnementaux. Suivant la direction qui sera prise (totalement pseudo-écologique à base de l'imposture du développement « durable » ou véritable dictature morale et écologique), Kokopelli, selon les allégations relevées ici que je ne peux attester et que je n'endosse pas mais mentionne (il faut se méfier des procéduriers), pourrait constituer une assez bonne illustration de ce qui se profile, à considérer donc avec un certain intérêt, d'autant plus que ce qui est présenté ici n'annonce aucune amélioration quant au manque d'humanité qui ravage actuellement notre société.

 

A propos de véritable écologie, ce « fait divers » que je mentionne car il complète ma série récente sur les populations d'invertébrés :

 

https://www.notre-planete.info/actualites/72-miel-contamination-pesticides-neonicotinoides

 

Et enfin, ce texte de Badia Benjelloun, qui nous parle de l'importance du rêve et de son déficit dans la société actuelle, à mettre en perspective aussi bien avec la perte d'humanité que nous connaissons qu'avec la perte de connexion avec le milieu vivant qui est l'autre marque de l'époque :

 

http://www.dedefensa.org/article/un-monde-sans-reve-retour-aux-bas-fonds

 

Je dois mentionner en commentaire que, dans le chamanisme, le rêve n'est ni une activité secondaire du cerveau, ni un magma hallucinatoire et délirante sans importance, mais tout au contraire, il est le substrat même du vivant, pour ne pas dire du cosmos. Le rêve est, dans la cosmologie chamanique en général, à l'origine et à la fin de toute chose, il est la marque du vivant, de la conscience, de l'interaction entre les choses, et il est donc à la fois un flux et un bain permanent, qui permet à lui seul l'existence, la suit et la précède. C'est l'un des éléments de l'étincelle de vie. La baisse de son importance et de sa prévalence dans le monde moderne est donc à la fois un symptôme explicatif d'un certain nombre de ses problèmes en même temps qu'un signe inquiétant quant aux temps à venir. Il est donc important en effet de prendre conscience de ce que signifie ce qui est énoncé dans cet article (avec toujours bien sûr, l'esprit critique qui caractérise le lecteur).

 

Et c'est sur ceci que je termine cette revue, en souhaitant à chacun de ne pas se laisser submerger par la négativité qui est la marque véritable de notre monde positiviste (juste assez pour tenter de cacher la poussière sous le tapis), et de trouver les ressources pour la sérénité et l'humanité, dans un monde qui n'en a jamais trop...