J'aurais pu en faire une revue de presse, mais je saisis une occasion pour faire n article rapide et un peu plus spécifique, pour mettre quelques liens en lumière sur la crise catalane. J'ai suivi cette crise d'un œil, avec un intérêt mitigé, sans vraiment toujours comprendre ce qu'elle cache. L'esprit averti comprend vite qu'il y a un rapport avec l'Europe, et un parallèle évident avec différents événements récents, plus particulièrement le référendum écossais. J'avais aussi fait passer des liens établissant des rapports entre la Catalogne et le Kosovo, et le rapport avec les indépendantismes divers qui existent en Europe saute aux yeux. On pense évidemment au pays Basque, à la Corse, la Bretagne, le nord de l'Italie (qui a connu ses référendums récents), et l'on pense aussi aux remous causés par le Brexit, les élections et autres mouvements politiques en Autriche, en Pologne, ou même encore en Hongrie, en Macédoine, à ce qu'a connu la Grèce, et j'en oublie sûrement. Le lien avec le séparatismes flamand vient aussi à l'esprit, et voici d'ailleurs un premier lien évoquant ce sujet :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2017/10/oubliez-la-catalogne-la-flandre-est-le.html

 

Mais un lien moins évident a été tissé avec le cas de l'Ukraine, et j'avoue avoir été très troublé par ce que j'ai lu dans cet article de John Laughland :

 

https://francais.rt.com/opinions/44939-help-catalonia-copier-coller-propagande-maidan

 

Il faut absolument voir les deux vidéos et la comparaison saute aux yeux. Le ton larmoyant, manifestement surjoué, et les arguments risibles et ouvertement pro-UE de celle sur la Catalogne (insistant plusieurs fois sur les termes « Europe », « Démocratie » et « Liberté », comme si cela n'avait pas quelque chose de l'oxymore ultime) la rendent encore plus suspecte que la première, et pourtant l'on sait à quel point l'Ukraine a subi une manipulation politique visant à la vulnérabiliser aux manœuvres de l'OTAN et « accessoirement » de l'UE. Si J. Laughland a donc raison – or il a quelques sérieux arguments de son côté – il y a effectivement lieu de penser que la Catalogne est la cible en vogue des manipulations d'ONG adorant provoquer des révolutions de toutes les couleurs.

 

Il faut reconnaître que l'argument de la liberté et de la démocratie est usé jusqu'à la corde, de nos jours, pour justifier tout et n'importe quoi, à commencer par zombifier les gens en Charlie-compatibles.

 

Ce passage, entre autre, met la puce à l'oreille de celui qui commence à avoir l'habitude de ces manœuvres :

 

« Ce rapprochement entre ces deux cas d'école de propagande politique est sans doute l'une des raisons pour lesquelles la Fondation Open Society, qui a un bureau à Barcelone mais pas à Madrid, s'est sentie obligée de nier, dans un communiqué officiel, tout soutien aux indépendantistes catalans. Pourtant, même s'il est vrai que, à la différence du mouvement du Maïdan, le sécessionnisme catalan n'est pas nécessairement téléguidé par des puissances étrangères, le phénomène catalan puise dans exactement les mêmes sources idéologiques que les événements qui se sont déroulés à Kiev fin 2013 début 2014. »

 

J'en profite pour relayer ce fait :

 

https://francais.rt.com/international/44721-soros-a-transfere-18-milliards-fortune-personnelle-open-society

 

Alors, moi qui ai toujours pensé que l'avenir passe presque nécessairement par une régionalisation, je n'avais pas encore sérieusement envisagé que les globalistes avaient commencé soit à anticiper cette régionalisation (mais cela reste tout à fait plausible et même probable), et encore moins à l'accélérer pour mieux la contrôler. L'article de Laughland laisse à penser que c'est pourtant le cas : noyauter une tendance qui semble inévitable, pour mieux se l'approprier et la contrôler de l'intérieur, tout en faisant croire qu'ils se tiennent de l'autre côté de la frontière de ce combat. On sait que ce type de joueur là a tendance à miser sur les deux tableaux à la fois, pour ne jamais perdre (voir le cas de la Libye, entre autres, où les services secrets occidentaux avaient financé tous les camps).

 

Charles Hugh Smith nous explique en quoi et pourquoi ces gens ont l'habitude tenace de ne jamais lâcher une once de contrôle, ce qui les oblige à anticiper les événements comme les « besoins » des populations (allant jusqu'à inventer des besoins à leur refiler) :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2017/10/surprise-les-regles-vont-changer-mais.html

 

A ce stade, on ne peut rien conclure, seulement observer la dynamique de ce qui se passe, et que J. Laughland décrit de manière assez convaincante, en tout cas de mon point de vue. Je continue néanmoins de penser que la mouvance globaliste ne peut pas tout régenter, et finira par se planter. Mais je pense, à l'instar de Brandon Smith ou C.H. Smith, que cette « élite » va s'accrocher jusqu'au dernier moment, quitte à provoquer de plus en plus d'agitations et de remous, bref le chaos décrit par un Philippe Grasset, qui a observé récemment comme les médias de masse ont bien peu changé dernièrement, continuant à servir cette même idéologie d'un pseudo-humanisme fade et frelaté :

 

http://www.dedefensa.org/article/plongee-dans-lautre-monde

 

L'un des épisodes du chaos de la communication dont il est question, avec le manichéisme habituel :

 

https://francais.rt.com/international/44879-etats-unis-se-preparent-mettre-bombardiers-nucleaires-etat-alerte-permanent

 

Et l'analyse du même Philippe Grasset sur ce sujet :

 

http://www.dedefensa.org/article/le-b-52-nucleaire-lalarme-et-le-desarroi

 

Enfin, ce qui est peut-être l'une des vraies raisons de la crise nord-coréenne :

 

Vidéo youtube : Le dessous des cartes, les terres rares nord-coréennes

 

Je ne m'étends pas plus, je me suis déjà éloigné de mon sujet principal, mais c'était pour mieux boucler la boucle : partout dans le monde, les événements géopolitiques semblent liés aux convulsions globalistes emmenées par les pays occidentaux, et dès que l'on fouille un peu sous le tapis, on trouve vite une poussière bien suspecte. Les crises ukrainiennes, catalanes et nord-coréennes auraient donc en commun des éléments qu'on ne soupçonne pas à première vue, mais qui forment un dessin général assez convaincant, quand on relie les points. C'est ce que j'ai essayé de faire, ici, sans aucune certitude, mais de plus en plus soupçonneux sur cette agitation générale, qui vise vraisemblablement encore une fois à captiver l'attention des peuples, pour leur faire des tours dans le dos. Ce n'est peut-être pas par habileté qu'ils y parviennent, mais certainement par un machiavélisme un peu chanceux et surtout très persistant et insistant à la fois, largement aidé par l'ignorance générale des masses, elle aussi voulue, comme on sait. Masses bien dressées qui finissent par se comporter, dans le cas de la Catalogne, comme de possibles marionnettes devenues « autonomes » (si l'on ose dire) et jouant la pièce que l'on veut pour elles.

 

PS : il est vrai que l'UE a déclaré clairement que la Catalogne indépendante serait hors-UE. Mais cela ne peut pas être pris pour argent comptant, et peut tout aussi bien être soit un bluff, soir un indice que plusieurs factions pro-UE se livrent une lutte par le biais de la Catalogne, afin de, justement, créer un précédent (ou alors, plus de chaos car des peuples divisés sont plus faciles à manipuler, comme c'est bien connu). Qui vivra verra, donc.