Dans le premier article, j'avais tenté une sorte d'éxégèse du livre de Charles Fort. Je remets le lien de l'article :

 

http://seilenos.canalblog.com/archives/2019/03/27/37211970.html

 

Et celui du livre en pdf :

 

https://fr.scribd.com/document/63994819/Fort-Charles-Le-Livres-des-Damnes

 

 

 

J'ai finalement terminé le livre et j'ai noté quelques citations supplémentaires que je retranscris telles quelles ci-dessous, en poursuivant mes réflexions sur premier article.

 

 

p.104

 

« Le formalisme et les mathématiques, le régulier et l'uniforme sont des aspects de l'état positiviste, mais le Positif est l'Universel, en sorte que toute tentative de positivité qui semble se complaire dans les aspects du formalisme et de la régularité, se disqualifie tôt ou tard aux yeux de la largeur d'esprit et de l'universalité. Voilà pourquoi il y a aujourd'hui une révolte contre la Science, parce que les proportions formulées, que la dernière génération prenait pour vérités absolues, se révèlent insuffisantes. »

 

 

p.105

 

« Si j'admets qu'il puisse y avoir une donnée irréconciliable pour chacune des opinions que je viens d'exprimer, c'est que je suis intermédiariste, et non positiviste. Je ne suis même pas un positiviste supérieur. Peut-être un jour systématiserai-je, dogmatiserai-je et refuserai-je de penser à tout ce qu'on pourra m'accuser d'avoir dédaigné. Peut-être un jour croirai-je, au lieu d'accepter. Je serai alors, dans un système plus large, qui ne tolérerait pas d'inconciliables, un positiviste supérieur.Mais je n'en suis pas un, tant que je me contenterai d'admettre. » 

 

« Je crois qu'en général l'excès de raffinement indique une décadence. »

 

 

p.110

 

« En général on place le spirituel au-dessus du matériel, mais j'estime que la quasi-existence est un moyen de matérialiser absolument l'absolument immatériel. Etant intermédiaire, elle réalise un état dans lequel rien n'est définitivement matériel ou immatériel et où tous les objets, substances et pensées occupent un degré d'approximation d'un côté ou de l'autre. La solidification finale de l'éthéré me paraît être le sommet de l'ambition cosmique. Le Positivisme est pur Puritanisme, la chaleur est Maligne, le Bien Final est Frigidité Absolue. Un hiver arctique est superbe, mais mon intermédiarisme personnel s'accommode mieux des conversations de singes dans un palmier. » 

 

 

En bref, dans ces passages, Charles Fort détaille un peu plus sa définition de l'intermédiarisme qu'il oppose au positivisme. Un peu plus loin j'ai relevé un autre passage où il adopte le point de vue positiviste, mais je n'arrivais pas à le découper et à le synthétiser, donc j'ai préféré laisser tomber ce passage là, mais ce qui compte, je crois, c'est que Fort démontre qu'il comprend très bien le point de vue positiviste et même le défend, mais en démontre tout au long du livre les limites, en assumant un point de vue dit « intermédiariste », tout autre, qui est une position qui accepte de ne pas avoir de conclusions sur les choses inexplicables qu'il expose.

 

 

Mais dans cet article, plutôt que de poursuivre cette exégèse qui, de toute façon, vaut ce qu'elle vaut après tout, je voudrais plutôt m'attarder un peu plus sur la notion de phénomènes dits fortéens, dont je n'ai pratiquement pas parlé.

 

A presque chaque chapitre sur les 28 que comporte le livre, Charles Fort cite plusieurs cas, tous cités à l'origine par des scientifiques dont plusieurs de renom international, ce qui fait bien entre 100 et 200 cas de phénomènes totalement inexpliqués. Il n'est pas possible d'en faire l'inventaire. Dans les derniers chapitres il parle d'OVNI et de variantes (OSNI ou OANI : objets sous-marins ou aquatiques non identifiés) mais dans tout le reste du livre il s'agit de phénomènes célestes essentiellement, tels que des objets tombant du ciel aussi divers que pierres, gélatine, sang, cadavres d'animaux, animaux vivants tels que des grenouilles ou des poissons qui gigotent après être arrivés sur le toit de maisons en plein calme météorologique, j'en passe et des meilleures comme les chutes d'objets gravés ou sculptés, débris non identifiables, substances inconnues, et puis les occultations de la lune ou du soleil en l'absence d'éclipse prévue, ou l'inverse, des éclipses alors que rien n'était prévu, les objets mouvants ou stationnaires aperçus devant ou sur la lune ou le soleil, les chutes qui se produisent dans des lieux bien circoncis et parfois à répétition à quelques jours ou parfois années d'intervalle, etc.

 

Il est aussi question de créatures inconnues, comme celle du Devonshire :

 

http://artivision.fr/mysdevonshire.html

 

 

Et beaucoup d'autres choses, mais en m'attardant sur Wikipédia, site positiviste s'il en est, je m'arrête pour lire ceci :

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Hoy_Fort

 

« Effet Fort

Le sociologue Gérald Bronner voit en Charles Fort « l'un des prédécesseurs étrange et oublié du relativisme » :

« [...] de nombreux ouvrages au XXe siècle, dont certains ont rencontré un immense succès, peuvent être qualifiés de "fortéens" en ce qu'ils mobilisent des arguments puisant tout à la fois dans l'archéologie, la physique quantique, la sociologie, l'anthropologie, l'histoire, etc. La référence à ces disciplines sont plus que désinvoltes dans la plupart des cas, mais permet de constituer un argumentaire qui paraît vraisemblable au profane, impressionné par une telle culture universelle et pas plus compétent que motivé pour partir en quête des informations savantes qui lui permettraient de le révoquer point par point ».

Il qualifie ainsi d'« effet Fort » « une impression de trouble lorsque l'on est confronté, sans préparation, à ce type de croyances ». Il définit par ailleurs les « produits Fort » qui les génèrent comme des « millefeuilles argumentatifs », et estime que ces derniers « caractérise[nt] de plus en plus fréquemment les produits frelatés qui peuvent s'échanger sur le marché cognitif contemporain », en particulier sur Internet, citant à l'appui le Da Vinci Code et « les mythes du complot contemporains »3. »

 

Bon alors, ouai, c'est sûr que Fort peut impressionner, mais je m'étonne (faussement et candidement) de ce passage, étant donné qu'il ne fait aucun mystère, dans le livre des damnés, de ne faire que ridiculiser gentiment les thèses positivistes de scientifiques bornés dont les idées n'ont même pas besoin d'être moquées tant elles sont ridicules en soi, de toute façon. Il faut aussi ajouter, et pour cela il faut lire les critiques de Robert Benayoun, traducteur français du livre en question, que ce sont surtout ceux qui ont cherché à singer Fort qui sont tombés dans ce genre de charlatanisme. Parler d'effet Fort dans ce cas est donc assez malhonnête, mais on retrouve ici la croisade anti-complotiste moderne avec ses reliques telles que le « millefeuilles argumentatif », dont n'use d'ailleurs jamais Charles Fort, sautillant plutôt d'un cas à un autre sans chercher ni à les expliquer ni à les réfuter de manière convaincante, sa méthode étant plus espiègle et narquoise qu'une véritable tentative de théorisation. Fort explique tout par des mondes parallèles inconnus ou par des objets invisibles qui nous survoleraient, et on voit bien qu'il ne croit pas lui-même réellement à aucune des idées qu'il avance et qui ne sont que des bouche-trous en amuse-gueule qu'il se plaît à inventer selon son inspiration du moment. Fort n'a rien pour remplacer le « positivisme » sinon l'acceptation de la posture « intermédiariste » qui est, et il le sait bien et il le fait bien comprendre, une méthode de production de théories loufoques pour se distancier de la méthode positiviste qui est, à l'inverse, très sérieuse et avec la prétention à tout expliquer avant la fin des temps. Il n'empêche, et c'est ce qui est intéressant, sa méthode parfaitement idiote est pleine d'astuces qui contournent la logique courante pour produire des explications qui relèvent soit du non-sens soit de l'improbable, qui démontrent qu'à l'instar des scientifiques qu'il tourne en dérision, il n'y a rien de plus facile que d'inventer des idées ad hoc pour réussir à conserver intact son modèle de l'univers. Sur la bête du Devonshire et les inexplicables traces au sol qu'elle laisse, il écrit ainsi :

 

« Ces empreintes n’ont pu être faites que par un millier de kangourous unijambistes chaussés d’un très petit fer à cheval … ».

 

Mais qu'importe, il fallait bien prendre la peine de dénoncer « l'effet Fort » et ses conséquences délétères sur l'esprit influençable des masses atteintes sur internet du mal du conspirationnisme portant atteinte à l'unique vérité positiviste.

 

 

Revenons à ces phénomènes fortéens, car ils se produisent toujours aujourd'hui, constamment, et rappelons que Fort n'a fait que rassembler des cas datant de son vivant et des quelques siècles précédents (surtout du 16e au 20e siècles). J'ai d'ailleurs remarqué que quelques lieux reviennent souvent dans son livre, comme par exemple Sienne et Vence. Les amateurs d'ufologie savent que le col de Vence, non loin de Nice est un lieu majeur des manifestations étranges, qui s'y produiraient pratiquement chaque nuit et parfois le jour depuis des lustres, dans certains lieux particuliers. Il s'agit par exemple de projections mais aussi de téléportations de cailloux, visant notamment les voitures des importuns venant s'intéresser de trop près à ces cas. Il serait aussi question de lumières, d'apparitions d'OVNI, de bruits, etc.

 

Wikipédia ne mentionne rien de tout cela, sauf un canular qui a évidemment tout lieu de se produire à un endroit où se rendent les curieux, laissant croire qu'il n'y a là-bas rien de plus que cela... Pourtant, les témoignages inexplicables sont légion, même s'il y a eu des dizaines de fakes et de canulars concernant ce site, naturellement, des décennies avant que les canulars n'y foisonnent.

 

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2015/01/30/31431671.html

 

Bien sûr les photos « d'orbs » ne prouvent rien, mais le nombre des témoignages remontant à l'époque de Charles Fort et avant ne relève sûrement pas d'un simple phénomène psycho-sociologique, comme il est toujours paresseusement tentant de vouloir tout y réduire.

 

Sur les chutes de pierre :

 

https://ecoutelaterre.fr/public/midim/chutes-pierre-col-de-vence

 

On y croit on n'y croit pas, site fiable pas fiable, témoignages sans preuves, faux problèmes... On réduit trop souvent le paranormal à l'idée reçue de témoignages inventés par des illuminés ou des crédules, pourtant, même la tronche en biais s'est penchée sur la question et conclut que cela peut toucher n'importe qui, et que si moins de « sceptiques » y sont exposés, cela peut s'expliquer, comme le démontrent certaines expériences psychologiques, par un filtre d'attention qui les empêche de voir certaines choses pourtant très concrètes. Je conseille vraiment l'émission :

 

Vidéo youtube : Vivre une anomalie : Experience du Paranormal. Benefice du doute #3

 

 

Pour en finir sur le col de Vence, une vidéo, chacun en fera ce qu'il en veut :

 

Vidéo youtube : chute de pierres inexplicables au col de Vence

 

 

La chaîne est consacrée au col de Vence et à ses bizarreries, mais je n'ai pas regardé le reste, donc pas d'avis.

 

 

Dans le document de la tronche en biais, il est question du terme « préternaturel » que je ne connaissais pas non plus :

 

https://www.cnrtl.fr/definition/pr%C3%A9ternaturel

 

Terme qui complète dont les autres, bizarre, étrange, surnaturel, surréel, inexplicable, etc., sans fournir vraiment plus d'outil pour expliciter quelque chose qui dépasse l'expérience commune et relève de toute façon de l'inconnu. Leur prêter un caractère naturel ou non-naturel relève, finalement, de la supposition, car que savons nous vraiment de ce que la nature est capable ou pas capable ?

 

Je ne veux pas gloser à l'infini, mais j'ai noté que dans cette émission surgisse sans surprise d'autres termes assez courants dans la bouche de scientifiques et de rationalistes, comme « vraisemblable » et « probable ».

 

Je m'excuse mais comment fait-on pour estimer la probabilité ou l'improbabilité d'un phénomène dont on ne sait rien ? De là, et puisqu'elle en découle, comment qualifie-t-on quelque chose de vraisemblable ou d'invraisemblable, et surtout, ces critères ne s'interposent-ils pas entre le réel et nous ? Est-ce parce que nous n'avons jamais vu un fantôme qu'il est improbable d'en voir ? Je n'ai jamais vu l'antarctique ni quelqu'un qui en revenait pour m'en parler, suis-je donc autorisé à penser que ce continent est improbable ? Son existence est-elle vraisemblable ? On voit que les raisonnements des terre-platistes, si on les estime biaisés, ne sont pas réellement différents en nature de ceux des rationalistes, et qu'on peut donc les qualifier de rationnels. Rationnels, mais faux. Sans en déduire que tout ce qui est rationnel est faux, évidemment, mais cela permet de dire simplement qu'un raisonnement, tout rationnel qu'il soit, et comme le sont tous les sophismes, ne mène forcément ni à la vérité, ni au vraisemblable.

 

Il nous manque des éléments pour estimer probabilité et vraisemblance, et j'ai donc tendance à bannir ces termes pourtant bien pratiques de mes réflexions sur ces sujets et sur l'inconnu en général. Pour faire du Fort, on pourrait dire que l'univers peut bien être l'estomac d'un ruminant géant, personne ne pourra le prouver ni prouver le contraire, et donc vouloir estimer la probabilité ou la vraisemblance de la chose, même si elle nous paraît absolument absurde, est déjà du domaine de la prétention à savoir ce que nul ne sait. Acceptons donc humblement notre inconnaissance sur certains sujets plutôt que de faire des estimations hasardeuses et finalement aussi risibles que ma proposition (ou que celles de Fort) sur la base de cette inconnaissance. Car si l'on découvre que l'on vit bien dans la panse d'une titanesque vache sacrée, il y aura quelques désillusions profondes.

 

 

 

A part ça, je vous disais que les phénomènes fortéens continuent de se produire. Quelques exemples en vrac :

 

https://fr.sott.net/article/32035-Des-poissons-forteens-tombent-a-Fulshea-au-Texas

 

https://fr.sott.net/article/31927-Des-pieces-de-monnaie-pleuvent-sur-Madhya-Pradesh-en-Inde

 

Ces cas proviennent de ce blog en anglais qui les répertorie :

 

https://thefortean.com/

 

Je n'ai rien trouvé d'équivalent en français, mais cela existe peut-être. A défaut, il y a toujours LDLN, revue qui a toujours répertorié toutes sortes de phénomènes connexes à l'ufologie sans états d'âme :

 

http://www.ldlnufologie.com/

 

 

Et en parlant de ça, j'ai pu trouver quelques trucs comme :

 

https://fr.sott.net/article/32123-Des-temoins-independants-rapportent-la-presence-d-un-avion-fantome-silencieux-au-dessus-de-Ripley-au-Royaume-Uni-qui-a-obscurci-le-ciel

 

https://www.lamontagne.fr/lurcy-levis/insolite/allier/2018/04/26/a-lurcy-levis-allier-inquietude-apres-l-apparition-de-cercles-mysterieux_12827923.html

 

Bien sûr je ne vais pas citer tous les phénomènes ufologiques ou apparentés qui sont publiés dans la presse car ils sont légion et je ne veux pas réécrire une suite des livres de Fort... Mais il y aurait matière.

 

Je m'attarde seulement sur les phénomènes de bruits et lumières célestes qui ont fait parler pas mal dernièrement, à nouveau, comme je l'avais signalé dans le passé :

 

https://fr.sott.net/article/32681-Des-sons-de-trompette-bizarres-provoquent-la-panique-au-Chili

 

https://fr.sott.net/article/33469-Etats-Unis-Une-serie-de-mysterieux-boums-secouent-la-population-de-l-Arizona-a-New-York

 

https://fr.sott.net/article/33474-Un-bruit-fort-terrifiant-entendu-a-2-heures-du-matin-a-Austin-au-Texas

 

https://fr.sott.net/article/33494-Des-bruits-etranges-entendus-dans-le-ciel-du-nord-est-de-l-Illinois

 

https://fr.sott.net/article/33482-Un-satellite-russe-detecte-d-etranges-explosions-de-lumiere-dans-l-atmosphere

 

Plus intrigant encore, des hommes en noir se seraient manifestés en rapport avec certains de ces phénomènes sonores :

 

https://fr.sott.net/article/32621-De-mysterieux-hommes-en-noir-interrogent-les-residents-sur-des-booms-inexpliques

 

 

 

Mais bref, je n'irai pas plus loin, en tout cas pas pour cette fois. Je crois que l’œuvre de Fort nous indique qu'il existe, à ce jour, une quantité irréductible de phénomènes inexpliqués demeurant inexplicables. Aussi, toute théorisation excessive allant dans le sens d'un positivisme borné comme dans celui d'un intermédiarisme débridé ne nous avancera pas plus. Il n'empêche, ces phénomènes ont un grand mérite : ils nous poussent – du moins ceux qui acceptent de ne pas s'enfermer dans de pseudo-certitudes – à questionner notre conception du réel et à ne pas nous arrêter à de vagues idées reçues, fussent-elles défendues par des idées à base de rationalisme, de probabilisme et de quête forcément superficielle et cognitivement biaisée d'une vraisemblance. Cela est très important, car toutes vision arrêtée est, j'en suis convaincu, en contradiction formelle avec le réel, qui lui est toujours vivant, mouvant, et peut-être, qui sait, à jamais inexplicable par les éléments qu'il contient. Il se peut donc qu'en dernière extrémité, ce soient les Damnés de Charles Fort qui aient raison : puisque le réel nous serait fondamentalement inaccessible par la raison, il est peut-être plus raisonnable de cultiver un rire intelligent et un peu détaché à son sujet que de jouer jusqu'au bout les Frankenstein.