J'avais parlé de la spirale dynamique la première fois dans cet article de mai 2017, en réponse à un autre article canalblog, pour démontrer que Macron ne maîtrise pas cet outil. Nous en avons désormais la preuve.

 

http://seilenos.canalblog.com/archives/2017/05/31/35339198.html

 

Pour avoir un aperçu de la chose, parcourir aussi cet article, pour ceux qui n'en ont jamais entendu parler (il y a un genre de diaporama en lien qui survole assez bien le sujet) :

 

https://developpementintegral.com/post/introduction-a-la-spirale-dynamique-5832/

 

Autre lien :

 

https://spiraledynamique.com/Theorie/

 

Nous entrons, avec ceci, dans le mode de pensée systémique ou holistique, qui ne date pas d'hier, mais dont cet aspect a été creusé par Clare Graves, voir les trois liens ci-dessus, pour éviter les redites.

 

Dans la situation présente, je dirais que les trois principaux morceaux de la spirale en jeu (on parle aussi de vMemes : https://www.integratedsociopsychology.net/theory/vmemes/) sont le bleu, l'orange et le vert. Je vais tenter d'en explorer les implications, pour amener à une possible vision de ce que pourrait être la sortie de crise et la réorganisation du « monde d'après ».

 

Petites précautions oratoires : j'entends et accepte toutes les critiques, suis conscient de toutes les limites de l'analyse que je tente, notamment du fait qu'un seul système ne suffit pas à décrire le monde ni l'humain, mais afin de rester concentré, d'éviter la dispersion, j'éviterai au maximum les digressions pour me centrer sur les possibilités d'analyse offertes par la spirale dynamique, quitte à enrichir ceci avec d'autres angles de vue et d'autres systèmes dans des articles ultérieurs.

 

Sur la 16e diapo, vous avez un aperçu succinct de ce que représente chaque spire, de la violette à la jaune. Précisons que l'amorce beige représente simplement les instincts vitaux de base, que l'on pourrait qualifier d'animaux. Précisons aussi que la spirale est supposée continuer après le jaune.

 

On voit déjà que le niveau bleu correspond à un ordre collectif normatif et hiérarchisé. Cela peut correspondre à diverses religions, diverses organisations politiques, etc.

 

Le niveau orange est centré sur l'individualisme et le rationalisme. Il inclut donc ce que l'on pourrait appeler l'esprit des lumières, qui donne dans un autre versant, le scientisme.

 

Le niveau vert, enfin, revient à une priorité collective, orientée vers le pluralisme et l'empathie. On le trouve à l’œuvre dans certains aspects du new age (qui s'étend de l'orange jusqu'au vert au moins), et sa mise en place est déjà avancée dans nombre de pays nordiques, notamment la Scandinavie et dans une moindre mesure le Canada.

 

Il est important de préciser à ce stade qu'aucune spire, aucune phase de la spirale, n'est en soi bonne ou mauvaise. Il s'agit ni plus ni moins d'un stade d'évolution de la conscience, qui en appelle d'autres. Et ce, aussi bien au niveau individuel que collectif, en ajoutant que chaque spire alterne entre une priorisation vers l'individu, ou vers le collectif.

 

Puis nous vivons actuellement dans le paradigme de l'individualisme tourné vers le profit et l'accomplissement de soi, nous comprenons que notre société est dominée par le vMeme orange, avec de gros bouts de bleu et de toutes les phases précédentes (car chaque phase s'intègre à la suivante sans disparaître), et déjà de petits bouts de vert.

 

Chaque niveau peut s'exprimer d'une manière que l'on pourrait qualifier d'intégrée ou de désintégrée. Pour donner un exemple, le niveau orange intégré correspondrait à la pleine conscience de soi, de ses besoins, au fait de s'assumer pleinement, de bien se connaître, et d'être à l'écoute de soi, de ses besoins. On peut évoquer ici la pyramide des besoins de Maslow :

 

http://alain.battandier.free.fr/spip.php?article6

 

A l'inverse, le niveau orange désintégré pourrait se caricaturer ainsi : une personne totalement égocentrée, ne voyant que ses propres intérêts, prête à marcher sur les autres pour les atteindre, recherchant le profit pour le profit, et vivant pour la compétition. Le golden boy d'American Psycho en serait un stéréotype extrême parmi d'autres.

 

Ajoutons à cela qu'un niveau de conscience peut se vivre de manière ouverte ou de manière fermée : vous pouvez avoir conscience qu'il existe des possibilités d'évolution plus hautes, ou vous pouvez croire que vous avez atteint le niveau de développement le plus haut.

 

Une caricature de ceci, au niveau bleu, serait par exemple un inquisiteur persuadé qu'il doit tout faire pour apporter la foi aux autres, et détruire la foi ou même l'existence de ceux qui ne partagent pas la sienne. Un tel personnage serait prêt à donner la mort au nom de Dieu, mais il agira toujours selon les préceptes et les protocoles prévus, en tout cas tels qu'il les comprend ou les interprète (à moins qu'il ne soit en fait dominé par le niveau rouge qui précède, qui correspond au paradigme qui promeut la violence comme modèle, et ne s'embarrasse pas de règles, sinon la loi du Talion).

 

Je simplifie volontairement pour mieux me faire comprendre, car il faut bien comprendre que, au sein d'une société ou d'un individu, tous les niveaux se chevauchent et s'entremêlent de manière bien plus complexe.

 

Une version intégrée du niveau bleu donnerait au contraire une personne ouverte à l'amour, à la tolérance, qui prônerait avant tout des valeurs humaines fondamentales, quoique guidées par des dogmes ou des écrits. On pensera aux saints, aux personnes charitables qui privilégient l'entraide par dessus tout, voire le sacrifice dans les cas extrêmes.

 

A présent, pour mieux comprendre le niveau vert, l'on pourrait encore former deux caricatures.

 

La version intégrée serait celle d'une personne fortement tournée vers l'empathie, et notamment l'acceptation de toutes les différences, et vers des valeurs telles que l'égalité, la paix, l'amour, etc.

 

Tandis que la version désintégrée serait la figure du « social justice warrior », prêt à entraver autrui lorsque ses idéaux sont en désaccord avec ceux-ci, et qui transforme la passion de l'égalité en un égalitarisme forcené où tous les particularismes se vaudraient, au point de mériter de nouvelles croisades idéologiques, l'agression des bouchers ou des agriculteurs, la stigmatisation des « mâles blancs hétéro » sans distinction, etc. Bref, un retour d'une forme d'inquisition guidée par le politiquement correct.

 

-------

 

A présent que ces caricatures sont posées, explorons un peu le moment présent, dans sa dynamique.

 

Actuellement, le niveau bleu s'incarne dans les protocoles sanitaires rigoureux, irrationnels, dogmatiques, imposés par des bureaucrates qui appliquent aveuglément et religieusement des méthodes technocratiques. On peut considérer que les aides sociales exceptionnelles correspondent aussi au niveau bleu.

 

Le niveau orange s'incarne dans la poursuite tant bien que mal de l'économie, de l'industrie, mais aussi dans la destruction de la société. En effet, c'est parce que, simultanément aux protocoles bureaucratiques et sanitaires, on continue d'appliquer le grand principe du darwinisme social qui va de paire avec le mode de pensée orange, que l'on n'est pas tellement gêné pour mettre en difficulté certaines professions libérales, les enfants, les vieux, etc. Mort aux faibles pourrait tout à fait être un slogan de type « orange désintégré ». Je pourrais pousser plus loin, mais j'essaye de rester schématique.

 

Le niveau vert est encore faible dans notre société. Pour le moment il est surtout instrumentalisé dans les slogans « se protéger en protégeant les autres », et dans l'expression de la volonté de protéger les personnes fragiles, préoccupation commune aux niveaux bleu et vert. Il promeut l'empathie envers les personnes fragiles qui pourraient plus particulièrement souffrir de cette crise. Mais il se traduit aussi, justement, dans la contestation de la violence qui est simultanément exercée dans la société, contre les enfants, les personnes âgées isolées. Le fait que le niveau vert soit encore faible explique probablement pourquoi cela n'occasionne pas encore de mouvements sociaux d'envergure. On a toutefois vu que la Suède avait refusé de confiner, et que le Danemark avait massivement manifesté contre la vaccination obligatoire. L'Allemagne, elle aussi plus avancée que la France, a montré de vastes capacités de mobilisation. Nous avons déjà des signes probants de l'existence de ce vMeme dans les populations européennes.

 

 

A présent, comment tout cela pourrait-il s'articuler ?

 

Un autre aspect important à comprendre, c'est que les transitions vers un niveau de conscience sont longues, et passent nécessairement par des crises. Nous vivons l'une de ces crises.

 

Lors d'une crise sociétale, il se passe trois choses simultanées :

 

a) Le mode de vie actuel dominé le vMeme en cours est remis en cause.

b) On se questionne sur comment améliorer les choses (on regarde vers le vMeme suivant)

c) On se replie vers ce qui avait fonctionné précédemment (on se rapproche du vMeme précédent)

 

Autrement dit, c'est parce que nous ne savons pas comment faire face à la situation présente que nous essayons des méthodes usées et éculées, et nous replions dans la tyrannie bureaucratique du vMeme bleu. Mais, dans le même temps, une partie de la société tire vers plus d'humanisme, d'empathie, de prise en compte des effets systémiques, et donc progresse vers la conscience que les anciennes méthodes sont définitivement inadaptées : nous finirons par réaliser que ce que nous faisons ne fonctionne pas, et cause au contraire bien plus de dégâts. Alors nous nous engagerons avec plus de conviction vers le quasi-inconnu que représente le niveau de conscience suivant, et les réponses qu'il apporte.

 

C'est pourquoi, malgré la période difficile, les états d'âme sombre, et la conscience que cette évolution prendra des années, je suis assez confiant sur une évolution positive à terme.

 

En effet, le vMeme vert oriente les individus et la société vers la conscience que le mode de vie actuel est en échec et nous mène à notre perte. Il nous rapprochera d'une relocalisation des modes de vie, vers une sobriété nécessaire, vers une empathie qui est vitale dans un monde devenu plus difficile à vivre, et ainsi de suite.

 

Et, si tout va bien, nous évoluerons encore après des décennies ou des siècles vers le niveau jaune, qui est celui de la conscience holistique, puis vers le niveau turquoise, qui est celui de l'harmonie avec l'univers... Le chemin est long, alors faisons ce qu'il faut pour ne pas trop trébucher en chemin, car ceci est de notre responsabilité, et nous voyons bien aujourd'hui qu'il serait suicidaire de laisser les choses en l'état : le darwinisme social et la bureaucratie techno-centrée n'ont qu'une alternative à nous proposer, ou plutôt imposer : la dictature scientiste et inhumaine vers le transhumanisme à marche forcée.