J'ai fini par considérer toutes les nouvelles sur la crise actuelle avec un mélange d'indifférence cynique et de désolation profonde. D'un côté, cette crise a quelque chose de passionnant d'un point de vue sociologique et politologique, d'un autre, s'y trouver immergé est douloureux, et recenser et commenter tous les commentaires pertinents que l'on peut en trouver est devenu carrément fastidieux.

 

C'est pourquoi j'ai mis en pause le blog le temps des fêtes de fin d'année, pour tenter de prendre un peu de recul tout en profitant un tant soit peu de celles-ci, d'autant que j'ai développé une névralgie qui ne m'aide pas à passer du temps devant un écran.

 

Le résultat de cette période est que je ne sais pas vraiment quoi ajouter à tout ce qui a déjà été dit jusque là, mais pour ne pas sombrer dans le silence et disparaître dans la nuit froide et sous couvre-feu de l'hiver, j'ai tout de même voulu ajouter un chapitre à ma chronique en ce mois de janvier d'un hiver covidien qui s'annonce interminable.

 

Mon jugement de la situation est toujours le même. Nous avons une maladie qui, selon les critères médicaux qui me semblent objectifs, n'est pas tellement grave, touche certes pas mal de monde à travers le globe, et cause des dégâts indéniables parmi les personnes âgées, mais guère plus qu'une mauvaise grippe : l'âge moyen des personnes déclarées décédées de cette maladie excède l'espérance de vie moyenne des pays les plus favorisés en la matière. Et si dans quelques régions du monde, comme l'Afrique et certaines parties de l'Asie, elle n'a logiquement causé guère de remous, et été géré avec calme, elle cause un véritable raz-de-marée dans tous les pays occidentalisés, jusqu'en Océanie et en Amérique latine, où les mesures sont encore presque pire qu'en Europe occidentale.

 

C'est une véritable tyrannie sanitaire qui a emporté toutes ces régions, en dépit du constat d'une épidémie finalement tout à fait comparable à toutes celles que nous avons connu, presque banale, n'ayant pas encore atteint les valeurs de plusieurs épidémies de grippes ayant existé depuis la seconde guerre mondiale. Première épidémie ayant donné lieu à des confinements planétaires, qui se poursuivent encore, et qui sont additionnés de couvre-feu et d'autres mesures purement dictatoriales induisant une souffrance psychologique majeure dans toutes les couches de la population, notamment les enfants, ainsi qu'une véritable destruction de la société, il semble que l'humanité ait perdu la raison dans bien des régions du monde.

 

Ainsi, l'on s'excite autour d'une seule famille ayant attrapé l'horrible « variant britannique » dans les Bouches-du-Rhône, et l'on renforce les mesures dans cette région, comme si c'était la peste qui allait emporter toute la population locale.

 

https://francais.rt.com/france/82598-cas-variant-britannique-detectes-dans-famille-couvre-feu-avance-18h

 

Pourtant, l'examen quotidien des données épidémiologiques dans cette région comme au Royaume Uni ne donne pas d'indication que la situation soit pire que jamais, elle semble au contraire conforme à un autre banal pic épidémiologique, jusqu'à preuve du contraire.

 

https://www.worldometers.info/coronavirus/country/uk/

 

Certes, les chiffres peuvent sembler haut, mais ils sont semblables à ceux de la première vague, qui elle-même était ce que l'on a dit plus haut : une épidémie assez mauvaise, mais finalement relativement banale, tout dépendant à quoi on choisit de la comparer. Bien sûr, la seule chose qui justifie ces mesures d'endiguement est l'idée que si on ne faisait rien, cela serait 10 ou 100 fois pire, bien que rien ne vienne concrètement étayer la panique qui alimente cette idée... Nous sommes toujours dans la déraison la plus caractérisée.

 

C'est pourquoi mon jugement n'a pas changé. Et c'est pourquoi je m'inquiète que cela pourrait ne jamais prendre fin, même si mon intuition profonde est que les choses se calmeront d'ici l'été, mais mes intuitions ne sont certes pas plus fondées ou fiables que les mesures dites sanitaires que l'on prend...

 

Il me semble juste que les statistiques sanitaires sont une météo de l'hystérie ambiante et rien de plus. Il est triste que la mortalité due à cette maladie, comparable à celle des précédentes épidémies hivernales (il a été mesuré que le pic de grippe de 2017 a été plus mortel que le pic covid du printemps 2020, voir en annexes) serve de prétexte à on ne sait quel emballement politico-médiatique, basé sur on ne sait quel agenda supposé ou supposable, alors que les décès précédents se produisaient dans une très grande indifférence.

 

Les mystères qui se posent sont nombreux et s'énoncent entre autres ainsi : que retiendra-t-on et qu'apprendra-t-on de cette crise ? Que restera-t-il de la société après celle-ci alors qu'il est quasiment interdit et impossible de faire des rencontres depuis bientôt un an, et pour certains de travailler ? Ce sont les questions qui me semblent les plus pressantes, mais elles devront encore attendre, puisqu'un nouveau variant nous menacerait apparemment...

 

On se demande vraiment ce qui a vraiment mené le monde dans une telle psychose sans fin. On se questionne sur l'état du système hospitalier français, qui continue de perdre des lits, non par l'opération du Saint Esprit, mais bien par l'action gouvernementale qui « garde le cap », diraient-ils sans doute avec tout l'esprit de satisfaction dont ils se montrent capables, malgré leurs échecs à répétition, et sans doute à cause de ceux-ci. Ainsi, les conflits d'intérêt et les malversations diverses attirent l'attention, comme celles de Salomon et de Buzyn, qui semble vouloir opportunément échapper à la justice.

 

https://francais.rt.com/france/81591-jerome-salomon-aurait-tente-enterrer-rapport-sur-insuffisance-des-stocks-masques

 

https://www.francesoir.fr/actualites-france/lex-ministre-agnes-buzyn-rejoint-lorganisation-mondiale-de-la-sante

 

https://francais.rt.com/france/82242-medecin-proche-laboratoires-prives-nomme-tete-agence-maladies-infectieuses-covid-19

 

 

Sur la suppression des lits qui continue :

 

https://www.bastamag.net/carte-des-suppressions-de-lits-hopital-covid-reanimation-ARS-CHU

 

 

On aura aussi noté le traitement réservé aux contestataires, comme les attaques contre Raoult, Perrone, Toubiana, ou encore l'internement forcé du docteur Fourtillan, qui a depuis pu ressortir de là sans preuve qu'il aurait été atteint d'on ne sait quelle pathologie psychique... Un abus caractérisé et digne d'une tyrannie stalinienne, donc.

 

https://fr.sott.net/article/36383-Le-Pr-Fourtillan-serait-contre-son-gre-interne-en-hopital-psychiatrique

 

 

C'est Idriss Aberkane qui met alors les pieds dans le plat, dans cette interview que j'ai particulièrement goûté. Et si le seul véritable problème derrière tout ça se rapportait à la corruption ?

 

Vidéo youtube : Idriss Aberkane : "trois catégories de problèmes : la corruption, la corruption et la corruption"

 

 

D'ailleurs, la crise actuelle ne se limite pas, loin s'en faut, à tous les excès liés au covid-19. Puisque l'on parle de conflits d'intérêt, de corruption et autres mélanges des genres, on peut notamment s'intéresser à cette histoire de la « prison de Total » :

 

https://francais.rt.com/international/81720-total-prison-secrete-yemen-elus-francais-demandent-le-drian-intervenir

 

On peut aussi se demander quel est ce besoin spécifique, dans différents pays du monde incluant la France, de justement lancer des projets de fichage dans le timing actuel :

 

https://francais.rt.com/france/82216-extension-fichage-opinions-politiques-que-pese-avis-cnil-surveillance-donn%C3%A9es

 

Alors que le pays est secoué par des contestations :

 

https://francais.rt.com/france/81577-tensions-allant-crescendo-lors-manifestations-jusqu-ou

 

https://www.contrepoints.org/2020/12/19/386915-manifs-des-commercants-et-des-independants-manifs-des-sacrifies?utm_source=Newsletter%20Contrepoints&utm_campaign=56fe1b09f6-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_865f2d37b0-56fe1b09f6-114016761&mc_cid=56fe1b09f6&mc_eid=7fcb723fbc&fbclid=IwAR1ZmoQpUlRnacq85sWGwncrpgHnfeWANEv5feMc8-Tb6HOUQkcrSLm-TYM

 

Contestations bien sûr amorties par la crise dite sanitaire, crise en réalité politique, sociale et démocratique, je ne me lasserai jamais de le dire.

 

Il faut enfin dire un mot de l'autre hystérie de longue durée qui s'ajoute à celle du moment, qui est celle des manies que l'on qualifiera de sociétales, autour du droit des minorités, des indignations pudiques contre les « populistes » mais aussi contre les tous les oppresseurs blancs, hétéro, y compris remontant à la nuit des temps. Le miracle de cette autre folie étant qu'elle permet de mettre sur le même plan des esclavagistes et des anti-esclavagistes, puisque des statues des deux camps ont été déboulonnées, ou encore de mettre Trump et Homère dans le même plan de la censure :

 

https://francais.rt.com/international/82326-odyssee-homere-nouvelle-victime-cancel-culture-etats-unis

 

https://francais.rt.com/international/82603-nous-devons-faire-plus-que-deplateformer-proteger-internet-mauvais-acteurs

 

Voir Mozilla, autrefois rival de Google, rejoindre ce dernier dans sa politique de censure contre tout ce qui dépasse du rang, est tristement d'époque... pour un navigateur qui dérive lui aussi dans le marais des bugs et des incompatibilités, soit dit en passant. Cette uniformisation de la mouvance de pensée en faveur d'une manie sociétale à la fois transhumaniste et « minoritariste » a quelque chose, elle aussi, de totalement fascinant, tant elle nous propulse, tout comme la crise covidienne, dans un avenir prévisible du politiquement correct hybridé avec la pensée unique, paradoxalement avec cette préoccupation extrême envers les particularismes les plus spéciaux, tout en niant et rejetant en bloc des tendances majoritaires des populations comme des orientations politiques qu'elles prétendent détruire, alors qu'elles les renforcent en réalité, en les plongeant dans une situation d'exclusion qui est intenable, puisque, tout comme avec la politique sanitaire, elle prétend maintenir l'essentiel de la population dans un mutisme définitif, comme si l'on pouvait jeter dans les poubelles de l'histoire ce qui est au contraire complètement vivant et présent, ou encore comme si on pouvait génocider les peuples comme on le fait des visons ou de je ne sais quels animaux dont on prétend avoir la plus grande attention (l'antispécisme fait partie des mêmes tendances sociétales).

 

Il y a quelque chose de réellement extraordinaire dans notre époque, qui nous prépare indubitablement des mouvements sociaux absolument mémorables, dont la grève générale des 200 à 250 millions d'indiens (3% de l'humanité entière) en novembre ne fut qu'un avant goût. C'est pourquoi, en dépit de ma lassitude, je suis persuadé que 2021 sera probablement une année tout aussi mémorable que 2020. Nous sommes vraisemblablement entrés dans quelque chose qui ressemble fort à la crise dite de 1929, dont on oublie que si elle démarre lors du krach d'octobre 1929, elle s'étale en réalité sur une longue décennie, puisque le plus bas de la bourse ne fut atteint que 3 ans plus tard (aujourd'hui, les bourses sont encore presque indifférentes à la crise, au-delà des quelques remous du printemps dernier), que les racines pouvaient déjà s'en apercevoir au cours des années 20, et que ses conséquences se prolongeront jusqu'à la guerre, malgré le New Deal de 1933.

 

Si l'on ose la comparaison 1929/2020, nous en déduirons que, dans cette société totalement virtualisée, où la bourse ignore globalement la crise sanitaire en spéculant comme c'est devenu l'habitude sur les quelques retombées positives temporaires qui pourront en survenir, où la crise sanitaire est entretenue par des modèles informatiques et des fantasmes technicistes paranoïaques, et où des courants idéologiques minoritaires et universitaires prétendent faire table rase de la dynamique vivante qui emporte la majorité de l'humanité, il ne fait guère de doute que nous nous préparons à traverser plusieurs années de chaos social profond, au moins en occident. Durant ces années à venir vont s'affronter d'un côté le monde des idées, des idéaux biaisés, des modèles virtuels, des tendances sociétales, des fantasmes sanitaristes, des délires techno-bureaucrates, bref le monde de la psychose, et de l'autre le monde du concret, des données réelles, de la conscience d'un monde décadent et en perdition, conscience capable d'accepter et d'affronter la réalité de la mort et de la nécessité d'adopter des politiques proportionnées et des modes de gestion compatibles avec l'humain, le vivant et la Terre.

 

Il en résultera probablement quelque chose de l'ordre d'un œuf se fracassant sur un mur et y laissant une vulgaire tâche. À la suite de quoi, nous aurons un monde entièrement à rénover, non pas selon des préceptes psychopatiques et psychotiques prétendant tour régir en fonction d'une vision angoissée et paranoïaque de la vie, mais au contraire respectant l'élan vital, qui suit toujours la pente naturelle des choses, en acceptant de faire avec les difficultés sans tout court-circuiter. Ce sera une période très dure, à la fois exaltante et épuisante, mais nécessaire.

 

On l'aura compris : je ne crois pas au crépuscule dystopique des fous au pouvoir, ceux-là n'ayant pas d'avenir, car niant le vivant, niant l'humain, prisonniers de nombreuses illusions idéologiques qui les privent d'une vision des choses en relation avec le réel qui les rattrapera forcément. Oh, cela ne les empêchera pas d'essayer, et nous vivrons sans doute encore quelques temps dans cette période dystopique que nous connaissons... Mais elle aura une fin, et il nous appartient déjà de manœuvrer afin de préparer la contre-dystopie, la post-dystopie, qui est déjà inévitable.

 

 

 

 

 

Annexes :

 

Bilan 2020 de l'épidémie, surmortalité quasiment indétectable :

 

Vidéo youtube : Covid - 19 : l'heure du bilan

 

 

Un lien supplémentaire pour voir Hold Up :

 

Vidéo youtube : COVID-19 Documentaire inédit Hold Up

 

 

Un autre documentaire sur l'épidémie, qui donne surtout la parole à des médecins :

 

Vidéo youtube : Mal Traités Le documentaire choc sur la COVID 19

 

 

Note d'expertise sur les vaccins :

 

https://criigen.org/wp-content/uploads/2020/12/2020-09_Note-dExpertise-Vaccins-GM_C.Ve%CC%81lot-06.pdf

 

Sur les vaccins, autres infos :

 

https://francais.rt.com/france/82336-vaccination-medecins-toucheront-540-par-patient-ajoute-dans-fichier-si-vaccin-covid

 

https://francais.rt.com/international/82234-espagne-va-creer-fichier-personnes-refusant-vaccination-covid-19

 

 

 

Je rappelle les sources les plus utiles pour s'informer autrement sur la crise, et j'en ajoute quelques unes en passant :

 

https://reinfocovid.fr/

 

Notamment pour les debriefings de France Soir :

 

https://bonsens.info/

 

https://covidinfos.net/

 

Des chaînes youtube :

 

Antipresse, qui fait une chronique par semaine :

 

Vidéo youtube : ANTIPRESSE 263 — le briefing avec Slobodan Despot

 

La chaîne de Charles Gave, qui dépasse largement le cadre du covid, mais l'aborde aussi :

 

https://www.youtube.com/c/InstitutdesLibert%C3%A9sIDL/videos

 

 

 

Textes de fond :

 

http://versouvaton.blogspot.com/2020/12/lheure-dune-nouvelle-chasse-aux.html

 

https://fr.sott.net/article/36393-Coronavirus-Une-nouvelle-Inquisition

 

https://www.levilainpetitcanard.be/les-mots-maux-de-la-crise/

 

https://www.levilainpetitcanard.be/belgique-la-dictature-sanitaire-sinstalle-et-elle-est-violente/

 

https://fr.sott.net/article/36413-Covid-19-Une-pandemie-plus-mediatique-et-politique-que-meurtriere-Bilan-mondial-chiffre-pour-2020