Aujourd'hui, beaucoup de liens, et peu de commentaires. L'article présent parlera essentiellement propagande, ainsi que de la liberté en général. Celle de penser, de s'exprimer, voire de vivre, et des velléités de les verrouiller toujours un peu plus. Mais tout d'abord, j'ai une ou deux choses à dire.

 

Nous avons vu au fil des mois précédents que même sur internet, des sites de plus en plus divers pratiquent, chacun à leur manière, une forme de censure d'opinion. Tout ce qui ne va pas dans le sens de leurs publications, y compris lorsqu'il s'agit de sites critiquant le système, peut être ignoré, « modéré » ; voire purement et simplement effacé sans laisser un signe. C'est un révélateur de cette paranoïa rampante, espèce de maccarthysme contemporain, cette peur du complotisme, ce « besoin de protéger son image », bref cette auto-censure qui touche jusqu'aux critiques du système.

 

Je peux comprendre cette tendance, mais je la dénonce fortement. Je peux la comprendre, car l'une des premières motivations de la création de ce blog était, en tant que chercheur et pratiquant dans le domaine ésotérique et le chamanisme, de montrer que l'on peut se situer dans ce type de discipline sans dérailler complètement, sans ni rejeter l'esprit scientifique, ni s'y soumettre, d'être dans l'ésotérisme et dénoncer vertement le charlatanisme et les marchands de rêve. La tentation est toujours forte, lorsqu'on défend une cause, d'un dissimuler les travers, d'occulter ses propres faiblesses, mais cette façon de procéder est tellement anti-spirituelle que j'ai toujours tenté d'y résister. Il est important de savoir pratiquer l'auto-critique, justement car c'est un déficit d'auto-critique qui conduit tant de sites, de groupes, de communautés humaines à s'enfermer dans des idéologies où tout le monde finit par penser pareil, et où l'ostracisme devient le système de défense du conformisme de groupe.

 

Si je m'en suis souvent pris au new-age et à ses dérives, ce n'est pas dans un esprit d'ostracisme, mais au contraire pour apporter des arguments contre tout ce que le new-age cause comme torts aux démarches spirituelles plus profondes et authentiques, mais peut-être pire encore, aux traditions qu'il pille, singe et finit par ridiculiser. Et c'est pour cette raison que je peux comprendre que des sites ou groupes qui pratiquent une critique contre le système ou certaines dérives du système peuvent se sentir ridiculisés par un complotisme extrême et imbécile et ce genre de choses. Dans ce cas, il suffit alors de montrer en quoi on s'en distingue, par exemple non pas en ostracisant ces pratiques avec des formules toutes faites, ou une censure pure et simple, comme c'est très souvent le cas, mais en opposant ou en proposant des arguments, tout simplement.

 

Ces choses étant dites, j'enchaîne sur ce lien sur la liberté d'enseigner :

 

http://metamag.fr/2016/10/12/education-nationale-ou-est-passee-la-liberte-denseigner/

 

Rappelons qu'en France, c'est l'instruction, et non l'école qui est obligatoire. Il existe de nombreuses alternatives, mais nous voyons à travers cet article qu'elles sont de plus en plus laminées, sous prétexte que leur accès et leur création est « trop simple ». En effet, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué semble être un des leitmotivs modernes, surtout quand il s'agit de rendre plus difficile le fait de sortir des systèmes de formatages, qui eux sont incroyables simples et automatiques d'accès en comparaison.

 

Le véritable but est bien entendu d'accentuer une asymétrie entre l'école publique et ses alternatives... comme si ce n'était déjà pas la plupart qui « bénéficient » de la première... Sans vouloir critiquer à outrance celle-ci, l'une des richesses insoupçonnées de notre époque est la possibilité de contourner ces formatages. On ne s'étonnera donc pas de voir dans quel sens on va, par rapport à cela. En laissant bien penser, au passage, que ces écoles et systèmes alternatifs sont, comme leurs pendants informationnels sur le net, des nids à problèmes, et probablement, allez, disons-le, des usines à complotistes, un complotiste étant, in fine, quelqu'un qui ne pense pas comme tout le monde et donc, pense mal. Et à propos de cela, car il y a certes un peu d'ordre à mettre dans la question :

 

http://www.dedefensa.org/article/tocqueville-face-a-la-theorie-du-complot

 

 

Il existe pourtant une sorte de complotisme d'état, lorsqu'il s'agit de considérer le rôle de la Russie dans les affaires internationales. Un complotisme systémique anti-russe, ou russophobe, à mettre en parallèle avec le complotisme anti-sioniste constamment « dénoncé » par la propagande du système :

 

https://fr.sott.net/article/29193-Guerre-de-l-information-l-Occident-se-dirige-vers-l-interdiction-des-medias-russes

 

Ainsi donc, les médias russes seraient propagandistes, les vilains. Comme si les nôtres ne l'étaient pas :

 

http://www.lexpressiondz.com/internationale/252569-la-propagande-domine-la-couverture-mediatique-occidentale.html

 

Ici c'est le cas de Mossoul en Irak qui met en exergue cette dérive, mais nous savons déjà que les exemples ne manquent pas, et qu'en vérité, ils sont la norme, et pas seulement parmi les médias, puisque nos représentants politiques sont les premières à intoxiquer et à être intoxiqués par cette doctrine de masse qui formerait notre « identité » occidentale ou européenne.

 

http://www.les-crises.fr/jean-marc-ayrault-dans-ses-oeuvres/

 

Rappelons que cette doctrine et cette pratique de la propagande sont occidentales, à leur origine moderne :

 

https://fr.sott.net/article/29251-A-l-interieur-du-gouvernement-invisible-ClintTrump-guerre-et-propagande

 

Au point que, au mépris des faits, nous traitons avec déférence le despotisme saoudien, même en considérant la question des droits de l'homme, car les saoudiens sont « de notre côté » (c'est à dire de celui du terrorisme qu'ils financent et que nous accueillons), tandis que nous tentons d'écarter les russes des strapontins décisionnels, à, défaut de pouvoir les exclure de l'ONU elle-même, bien que nous essayons :

 

https://francais.rt.com/international/28212-onu-assemblee-generale-rejette-candidature-russie

 

Un point assez ironique est que, de toute façon, les décisions de certaines instances décisionnelles sur cette question sont si prévisibles (et donc au final si peu humaines) que des ordinateurs peuvent les prévoir :

 

https://fr.sott.net/article/29232-L-Intelligence-Artificielle-parvient-a-predire-les-verdicts-de-la-Cour-europeenne-des-droits-de-l-homme

 

En somme, des ordinateurs ne sont pas moins respectueux des droits de l'homme que nous ne le sommes.

 

Notre système est de toute façon dans un tel état de déliquescence que nul ne peut prévoir exactement quand et comment il va tomber, nous savons juste que cela va arriver, et est peut-être déjà en train de se produire, avec les risques de guerre mondiale et nucléaire que l'on connaît. Plusieurs articles que j'ai jugé intéressants, à ce sujet :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2016/10/les-elites-globalistes-se-preparent.html

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2016/10/pour-des-raisons-purement-techniques.html

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2016/10/la-division-estouest-est-liee-au-dollar.html

 

https://fr.sott.net/article/29169-Est-ce-qu-une-guerre-mondiale-devient-inevitable-Les-signes

 

http://www.dedefensa.org/article/quil-creve

 

J'ai notamment aimé l'article de Dmitry Orlov qui nous rappelle à quel point nous sommes conditionnés à considérer certains objets de notre système sociétal comme représentant telle ou telle « valeur », comme par exemple la voiture comme incarnant la liberté, alors qu'il s'agit d'un produit de consommation coûteux et quasi indispensable (ce qui est antinomique de la liberté) qui a modifié la structure urbaine, celle de notre quotidien, le rendant irrespirable à tout point de vue, etc.

 

Quant à la question de la guerre nucléaire, on voit qu'elle n'est nullement tranchée, et se présente plutôt comme une conséquence de notre système que comme une solution à celui-ci, bien évidemment. Quand je pense à ces gens qui me disent que notre époque n'a rien à se reprocher, à leur culte scientiste...

 

De la science, justement :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2016/10/la-mere-de-toutes-les-promesses.html

 

Une réflexion très intéressante à mon avis, sur la chimère scientiste. Ce qui nous amène à un petit détour par des découvertes et réflexions qui mettant à mal certaines idées parmi les mieux reçues :

 

https://fr.sott.net/article/29273-Ou-sont-passees-les-pyramides-d-Egypte-dans-la-bible

 

https://fr.sott.net/article/29223-Decouverte-d-une-formation-en-pierre-d-au-moins-11-000-ans-en-Australie

 

 

Et encore une fois par la calamité que constitue le lobbying dans le milieu médical :

 

https://fr.sott.net/article/29213-Comment-des-laboratoires-pharmaceutiques-corrompent-les-medecins

 

http://www.les-crises.fr/cholesterol-le-grand-bluff-le-doc-qui-defie-la-doxa/

 

Le documentaire sur le cholestérol est à recommander, même si ceux qui connaissaient déjà le problème n'y apprendront pas grand chose, sinon que les études prouvent que la doxa sur le sujet est complètement à côté de la plaque, et qu'il est temps que ça change, ce qui explique que même Olivier Berruyer en parle, ce qui ne l'a pas empêché de « modérer » (lui ou un de ses sous-fifres) un de mes commentaires évoquant le CO2 en tant que molécule indispensable à la vie au même titre que le cholestérol (voir Loxosceles dans les commentaires, si ça vous amuse).

 

Sur le réchauffisme, justement :

 

http://metamag.fr/2016/10/15/lideologie-du-rechauffisme-le-plus-grand-scandale-de-notre-epoque/

 

Je n'ajouterai rien, les habitués du blog connaissent ma position sur le sujet... et tant que j'y suis, même si en revanche je n'ai pas d'avis tranché sur la question, un petit coup au passage sur la vaccination de masse, un autre « acquis » de notre civilisation qui se lézarde de plus en plus :

 

https://fr.sott.net/article/29254-Une-etude-met-en-exergue-les-dangers-des-vaccinations-multiples-sur-les-nourrissons

 

Tout ce que je puis dire, en tant que naturopathe ayant quelques notions médicales, est que j'accorde du crédit à la parole des médecins et scientifiques qui disent qu'il est absurde d'administrer des vaccins à des enfants de moins de 6 mois, pour « renforcer leur réponse immunitaire »... à un âge où ce système n'est pas mature... Ce que cet article semble confirmer très fortement, puisque ce que l'on observe est précisément un taux de mortalité supérieure chez les enfants vaccinés avant 6 mois. Y a-t-il un biais dans ces études ? C'est possible, pourtant il semble que tout cela soit cohérent avec ce qu'affirment des pontes de la médecine depuis longtemps. Le professeur Joyeux a fait les frais de cette inertie mentale dans le milieu médical institutionnel (phénomène inertiel que l'on sait être lié au fonctionnement de tous les groupes humains, pour ceux qui suivent le blog), mais il n'est pas le seul à tenir ce discours « interdit », et pourtant cohérent, qui entre en contradiction avec une doctrine qui repose plus sur des suppositions que sur des faits, au moins en matière de très jeunes nourrissons.

 

 

Mais enfin tout va bien dans le système.

 

https://francais.rt.com/opinions/28175-monsieur-sans-dents

 

Nous sommes dirigés par un pauvre gars qui atteint à peine les 5% de popularité, qui recevra pourtant sans doute au moins 15% des voies aux prochaines présidentielles, dont on décriera le taux d'abstention, sans s'étonner qu'il n'aura pas été plus haut encore, étant donné que, malgré l'état de défiance de la population à l'égard des politiques dans ce pays, ils continueront à se ruer dans les urnes pour voter « pour » ou « contre » et au final légitimer le prochain imbécile profond qui nous servira de mascotte nationale.

 

Et c'est sur cette prédiction facile que je termine cette revue de presse à ma façon.