Un numéro 13 pour faire un peu le point sur quelques articles récents, autour de l'investiture de Donald Trump, mais pas seulement. Nous parlerons aussi de la nouvelle offensive contre l'expression sur internet et divers autres sujets, en particulier le problème énergétique, et quelques articles sur les enfants et le formatage scolaire.

 

Sur l'investiture de Trump, je ne m'attarderai pas trop, mais il faut quand même en parler un peu, alors évoquons surtout le contexte bien particulier dans lequel elle se passe :

 

https://fr.sott.net/article/29883-Une-cache-d-armes-decouverte-dans-un-bois-de-Washington-quelques-jours-avant-l-inauguration-de-Trump

 

Un contexte qui nous rappelle que certains voudraient bien voir Trump disparaître.

 

https://francais.rt.com/economie/32192-george-soros-a-perdu-un-milliard-dollars-trump

 

Rappelons que Georges Soros est le parrain – le terme n'est pas usurpé – d'un grand nombre de médias pseudo-alternatifs et surtout d'ONG répandant ses intérêts à travers le monde. Il est symptomatique notamment, qu'au cours de ces dernières semaines, j'ai reçu de nombreux mails paniqués de l'ONG Avaaz, qui cherche des fonds pour s'évader des USA, où Trump a déjà commencé à combattre ses adversaires. En effet, la CIA, qui penche plutôt du côté du camp Clinton-Soros, pourrait bien se faire complice de tentatives peu glorieuses pour tenter de ravir le pouvoir – pardonnez-moi cet accès de complotisme.

 

http://www.les-crises.fr/poutine-ils-tentent-de-delegitimer-trump-ils-sont-prets-pour-un-maidan-a-washington/

 

https://fr.sott.net/article/29860-Un-journaliste-allemand-qui-a-denonce-la-CIA-retrouve-mort

 

Le cas de Udo Ulfkotte est mentionné ici, car s'il n'est pas en lien direct avec l'investiture de Trump, et si on ne peut rien affirmer quant à la cause de sa mort, le cas peut tout de même être considéré comme un peu suspect, en marge de ces événements, et aussi parce que ses révélations m'avaient beaucoup marqué, il y a quelques années. Il est rare qu'un journaliste ait autant d'aplomb.

 

On pourra aussi évoquer, dans la même veine, la remise de peine accordée à Bradley / Chelsea Manning, qu'Assange avait appelée de ses vœux (en fait, il avait requis une grâce présidentielle). Bradley Manning était un autre lanceur d'alerte qui avait porté un coup à la CIA et à l'armée américaine, et emprisonné pour espionnage.

 

Mais d'autres aspects méritent d'être encore soulevés, comme la nouvelle crise de la presse en fond de l'investiture.

 

https://francais.rt.com/international/31518-quand-guardian-repand-ses-fake-news

 

Ainsi, CNN est boycotté actuellement par Donald Trump, qu'il considère comme un journal répandant des mensonges et la propagande Clinton. Comme je l'avais souligné il y a peu, les journaux officiels s'enfoncent de plus en plus dans leur marais et se voient renvoyés à leurs propres tendances à relayer les « fake news ».

 

Par ailleurs, il est bon de rappeler que la présidence Obama ne fut pas toute rose, et que le prix nobel de la paix battit des records en matière de guerre, de dépenses militaires et même en ce qui concerne le nucléaire.

 

https://fr.sott.net/article/29853-Barack-Obama-le-marketing-l-Empire-Extrait-du-documentaire-La-guerre-invisible-2010

 

Ainsi, l'on parle sans cesse du populisme ou de la démagogie de Trump, sans jamais évoquer celle, bien plus hypocrite, d'un Obama, véritable beau-parleur et orateur au service des intérêts des lobbies les plus dégueulasses.

 

Et l'on continue de manipuler les informations concernant la Syrie ou Bachar el Assad :

 

http://www.les-crises.fr/la-syrie-et-les-statistiques-de-la-guerre-par-nassim-nicholas-taleb/

 

https://www.youtube.com/watch?v=Xtmgcp34aYA

 

Et à force de chercher à noyer le poisson, on en oublierait que les USA sont un pays au bord de l'explosion, et que c'est ce contexte qui a généré le phénomène Trump :

 

http://www.dedefensa.org/article/californie-elegant-modele-de-secession

 

Et tant que j'y suis, rappelons un peu quel pays est vraiment l'« Amérique » :

 

http://www.dedefensa.org/article/tocqueville-et-la-destruction-des-indiens-en-amerique

 

 

 

Dans ce contexte, il n'est pas étonnant de voir une résurgence des projets de contrôle d'internet, ce qui me mène à mon second sujet.

 

Cela commence par une lecture idéologique et propagandiste des choses, propagée par les alliés objectifs des oligarques. On fournit quelques éléments de réflexion légitimes, puis par effet de loupe, on porte l'attention sur certains problèmes pour mieux la détourner d'autres :

 

http://www.les-crises.fr/lawrence-lessig-la-segmentation-du-monde-que-provoque-internet-est-devastatrice-pour-la-democratie/

 

Cela s'explique par une vision incurablement technocratique des choses, qui, lorsque le problème est éventuellement porté par une innovation technologique, alors ce problème doit être contrôlé par plus de technologie, on pourrait parler là de « technologisme » :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2017/01/une-comprehension-plus-profonde-de-la.html

 

Le but étant par extension de mieux contrôler les populations :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2017/01/comment-les-globalistes-predisent-votre.html

 

Article intéressant qui donne aussi des pistes pour échapper à ces pièges.

 

Et cela aboutit à ce projet dont j'ai déjà parlé, et qui s'étend aujourd'hui par une tentative totalement absurde d'interdire d'utiliser certains hyperliens, alors que l'hyperlien est l'essence même d'internet :

 

https://fr.sott.net/article/29887-Censure-automatique-taxe-sur-les-liens-l-Europes-attaque-a-Internet-pour-etendre-le-copyright

 

Tout ça pour défendre ce concept archaïque de copyright, qu'en tant qu'auteur, je souhaite voir disparaître au plus vite, pour que l'on ait au contraire davantage de libertés pour pouvoir partager le savoir et la création.

 

Mais chacun sait qu'internet est cet éternel repaire de complotistes aux cerveaux déformés et aux âmes pervertis, qu'il faut par tous les moyens re-conformer à la pensée unique dominante. Dans un nouvel article magistral, reopen nous démontre pourtant que la pensée rationnelle et critique n'est jamais mieux pratiquée que par certaines mouvances pointées du doigt comme complotistes alors qu'elles ne font qu'exercer avec excellence le principe de doute cartésien :

 

http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/reponse-de-reopen911-a-spicee-188144

 

 

 

Je terminerai par deux autres sujets, à commencer par un qui m'est cher, car il touche à mon vécu, comme évidemment à celui de tous, qui est celui de l'école et de l'éducation. Mais s'il me touche particulièrement, c'est que j'ai eu un vécu difficile à l'école, sur le plan existentiel. L'article que je cite ici m'a paru exemplaire sur ce sujet :

 

https://fr.sott.net/article/29842-Scolarisation-et-machine-industrielle-ou-l-esclavagisme-de-l-education-moderne

 

En effet, j'ai toujours considéré que la folle société dans laquelle nous vivons démarre par cette école considérée à tort ou à raison, et à mon avis à tort et à travers, comme le modèle même de ce qu'il faut faire, comme la représentation idéale de notre civilisation, tout comme les enfants en sont les représentants idéaux, ce qui devrait nous interpeller. On en vient, avec cette conception, à cette dérive hallucinante qui nous vient de Finlande, et qui rappelle en effet très fort 1984, pour quiconque a ouvert ce bouquin :

 

https://fr.sott.net/article/29885-1984-Les-enfants-finlandais-invites-a-denoncer-les-parents-qui-critiquent-les-autorites

 

En effet, dans 1984, les enfants sont l'une des pièces maîtresses du régime de big brother, puisqu'en surveillant et dénonçant les adultes exactement comme il est montré ici dans ce clip ahurissant d'imbécilité et de terreur sourde, ils en constituent en quelque sorte la police secrète non-officielle, et les agents les plus efficaces. Il pourrait m'intéresser, un jour, de développer plus avant ce sujet, pour montrer en quoi notre idéalisation et notre sacralisation des enfants, qui est l'une des marques de fabrique de la société de l'homme domestiqué moderne, est l'un des éléments qui causera notre perte. Si l'enfant doit être pleinement respecté et considéré, cela va de soi, cela n'inclut pas de l'ériger en roi et d'en faire notre modèle idéalisé et donc illusoire. L'enfant ne doit jamais être le pilier d'une société, mais seulement son avenir. L'enfant manque d'expérience et donc d'esprit critique, et il n'est pas innocent qu'il ait acquis un tel statut, justement dans notre société dite de consommation. L'enfant est par excellence, non pas un modèle d'élévation et de sagesses, mais tout au contraire, un être malléable, que l'on doit élever par l'éducation (et non nécessairement par une scolarisation carcérale). C'est la proie par excellence de la prédation consumériste, et si l'on met toujours en avant la prédation de nature sexuelle de nos jours, cela n'est sans doute pas étranger à cette société de consommation qui promeut la pornographie et qui combat tous les tabous et tous les principes, et je dis cela sans aucun puritanisme, mais simplement par volonté de rester lucide face à ces problèmes. Mais bref, c'est un trop long sujet pour le traiter ici et maintenant.

 

Aussi, je termine par ce lien qui a justement le mérite d'apporter quelques éléments critiques, même si j'y trouve quelques éléments de bien-pensance qui me font bâiller lors de certains passages, mais il y a un certain mérite à dire ces choses tout de même :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2016/12/vous-savez-cest-pour-les-enfants.html

 

En effet, si les enfants ne doivent pas être les piliers d'une société, ils en représentent néanmoins l'avenir, et il faut savoir être prévoyant et intelligent, et les préserver du lavage de cerveau propre à une époque, ne serait-ce que pour leur permettre de s'adapter à une autre. Aussi, comme je l'ai dit, il est bien plus important de leur inculquer l'esprit véritablement critique que de les envoyer à l'usine à lavage de cerveau qu'est l'école, à moins de se réjouir sincèrement d'avoir des enfants robotisés, normalisés, qui seront « heureux » car adaptés artificiellement à une société, tout en n'ayant aucune chance de se découvrir par eux-mêmes.

 

 

 

En tout cas, je termine cette revue de presse par une série d'articles concernant l'énergie. J'avais posté il y a plusieurs mois un article sur agoravox à ce sujet, et je n'ai pas encore poursuivi ce travail et je m'en excuse si certains l'attendent. J'avais dit que je citerai particulièrement certains commentaires sur ce blog, et je ne l'ai pas fait. Bon, mais les commentaires sont trouvables sur agoravox, et tous les liens sont là, si quelqu'un a le temps de prolonger ce travail ou veut simplement s'en inspirer pour sa propre réflexion :

 

http://seilenos.canalblog.com/archives/2016/06/20/33991043.html

 

Je poursuivrai peut-être cela, mais en attendant, je continue de chercher sur le sujet, pour préciser et nuancer, voire totalement changer le point de vue que je développais dans cet article, et voici certains des textes que j'ai découvert récemment sur ce thème :

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2017/01/photovoltaique-le-viol-culturel.html

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2017/01/les-calculs-deroei-pour-le-solaire.html

 

http://versouvaton.blogspot.fr/2016/12/comment-les-chercheurs-ont-ils-pu.html

 

 

En espérant que tout cela fait avancer le schmilblick, je vous laisse sur ces liens en vous annonçant que pour le prochain article, je vais tacher de présenter un travail sur les thèmes que j'avais promis à la rentrée. Bonne année à tous.